Ne pas suivre la meute

Chantal Hébert
credit: Illustration: Marie-Michèle Robitaille
Illustration: Marie-Michèle Robitaille
Publié le :
En principes

Ne pas suivre la meute

Fines et savamment vulgarisées, les analyses politiques de cette immense journaliste se déploient d’un océan à l’autre depuis plusieurs décennies. Elle nous présente les valeurs qui la guident dans son travail et sa vie.

Propos recueillis par Catherine Genest

Faire preuve de neutralité

Ce qui m’intéresse, c’est d’expliquer pourquoi les choses se passent comme elles se passent. Je n’aime pas dire aux gens ce qu’ils devraient penser sur un sujet ou un autre. Une question qui commence par «pourquoi» ne peut se résoudre en exposant ses préférences personnelles. Pour faire de l’analyse politique, il vaut mieux laisser ses lunettes roses (ou bleues) à la maison.


Tracer sa propre voie

Mon premier emploi était plus modeste, mais c’est comme ça que j’ai appris mon métier. De 4h du matin à midi, j’étais rédactrice de nouvelles à la radio régionale, pour le service français de Radio-Canada à Toronto. Sans doute parce que les femmes en journalisme politique ne couraient pas les rues, surtout celles qui entendaient également avoir des enfants, j’ai dû improviser mon chemin. Je crois que j’avais lu trop de Tintin et pas assez de Comtesse de Ségur!

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres