De l’importance de nous crisser patience

Alex Viens
credit: Photo: Alex Viens (archives)
Photo: Alex Viens (archives)
Publié le :
Idées

De l’importance de nous crisser patience

En janvier, on est nombreux·euses à se lancer dans des régimes amaigrissants, en regrettant la buche et la tourtière du temps des fêtes. C’est dans ce contexte qu’Alex Viens (Les pénitences) nous invite à mettre la culture des diètes aux vidanges une bonne fois pour toutes.

On n’oublie pas ces choses-là. Quand j’étais enfant, on avait l’habitude, ma mère et moi, de se faire inviter dans les familles des autres pour les fêtes. C’était le déjeuner et j’ai choisi de beurrer ma tartine avec du Grenache, parce que j’en revenais pas qu’on puisse déjeuner au caramel. Ma toast était en fait une tranche de baguette–j’ai toujours eu un penchant pour le lifestyle de bistro–et j’ai rempli chacune des alvéoles de mon bout de pain de cette substance luisante et gourmande, en lichant mon couteau avec la même face que le bonhomme sur l’emballage rouge et jaune. Avec la petite langue sortie, le visage du délice. 

La grand-mère des autres, alarmée par mon amour des bonnes choses, s’est penchée à l’oreille de ma mère pour l’avertir suffisamment fort que, ouin, j’avais «la dent sucrée». Ma bouchée est devenue un spectacle pour tou·te·s les adultes qui se sont mis·es à ricaner autour de la table, soulagé·e·s d’enfin découvrir la raison de mon corps dodu. C’est alors que j’ai repris conscience de mon corps et que j’ai tenté de mâcher de manière distinguée, en m’essuyant les doigts sur une napkin. Je devais prouver à tout le monde que j’étais peut-être dodu·e, mais que j’avais au moins de bonnes manières. 

Ce n’était ni la première ni la dernière fois qu’on commentait mon appétit. C’est pas spécial. C’est même un évènement très banal, mais je m’en souviens parce que je mettais enfin le doigt sur quelque chose: la honte d’être un·e enfant qui fait honte aux adultes. Je tiens à rappeler à ceux et celles qui en doutent que notre conscience est suffisamment développée à sept, huit ou neuf ans pour qu’on comprenne les jugements qu’on porte sur notre innocence, pour qu’on décèle le regard paternaliste posé sur notre enthousiasme pour la bouffe.


Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  • credit: Photo: Jean-Lou David
    Société

    Il n’y a pas d’avenir en Abitibi

    C’est l’histoire d’un homme qui a reboisé le village que son grand-père a bâti. Dans cet extrait d’Arsenic mon amour, paru aux Éditions du Quartz, l’auteur Jean-Lou David reprend contact avec les rues aujourd’hui disparues de Joutel, une localité oubliée d’Abitibi.

  • credit: Photo: Chloé Charbonnier
    Société

    Le privilège de dénoncer existe-t-il vraiment?

    Dans la lignée des femmes noires qui ont pris parole pour dénoncer leur agresseur, Kharoll-Ann Souffrant s’adresse à toutes celles qui, comme elle, ont survécu à la violence.

  • credit: Photo: Simple Insomnia
    Société

    Se tordre dans le lit défait

    Dans l’histoire de l’art, à travers le «male gaze» des peintres et sculpteurs, les représentations de femmes alitées et sublimées par la douleur abondent. Avec ce nouvel ouvrage paru chez Héliotrope, les autrices se réapproprient leur souffrance et celle de leurs sœurs, dans tout ce que ça implique de laideur, de réalisme et de résilience. Un document assemblé comme un collage d’idées et dont voici un extrait.

  • credit: Photo: Rayside Labossière
    Société

    Changer l’asphalte en gazon

    Dans son essai intitulé Des quartiers sans voitures paru aux éditions Somme toute, le maire de Laval tire les plans de sa ville idéale. Il partage un rêve urbanistique ambitieux, des idées concrètes qui n’ont rien à voir avec les «éco-quartiers» des promoteur·trice·s immobilier·ière·s.

Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres