Framboises, pépines et débarbouillettes

Fabien Cloutier
Publié le : jeudi 13 septembre 2018
Nos gens

Framboises, pépines et débarbouillettes

De quoi les électeurs de la CAQ en ont-ils vraiment assez?

Considéré dans ce texte

La botanique et le bon voisinage. Les trampolines. Le ressentiment et l’attente aux urgences. Le pesto, le fumier de poule et les sifflets dans les ruelles. Les stratégies de chantiers. La gauche et la droite.

J’ai appris ça de ma mère: les plants de framboises, ça s’entretient. C’est pas une affaire que tu rases toute à l’automne pis que tu laisses repousser de tous les bords le printemps d’après. «C’est le fun les framboises, c’est pas d’entretien!»: c’est pas vrai.

Un plant, oui, ça produit à sa première année mais ça produit presque pas. C’est la deuxième année que ça fait le plus de fruits. Au premier automne, la tige du plant est encore verte. À deux ans, sa tige est brune, presque en bois. C’est ça que tu coupes au ras du sol. Donc t’as toujours des plants matures et des nouveaux, et t’as toujours pas mal de framboises. J’aime ça m’installer à côté des plants et manger des framboises qui goutent le soleil.

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres