Le tour du poteau, le jeu où personne ne s’amuse

Nemo Lieutier
L’auteur de ce texte, Nemo Lieutier, se préparant à traverser la frontière de Saint-Bernard-de-Lacolle. credit: Photo: Mathieu Choquell
L’auteur de ce texte, Nemo Lieutier, se préparant à traverser la frontière de Saint-Bernard-de-Lacolle.
Photo: Mathieu Choquell
Publié le :
Idées

Le tour du poteau, le jeu où personne ne s’amuse

Immigrer au Québec vient avec un jargon, sorte de langage secret, que les gens nés en France sont souvent les seuls à comprendre, à maitriser. Notre collègue en résume les grandes lignes.

Photos: Mathieu Choquell

À celles et ceux qui n’en ont jamais entendu parler, et aux autres, 

Dans tout territoire existent des réalités que ne pourront jamais connaitre ceux et celles qui y sont né·e·s. Cela dit, ils et elles ont bien de la chance de pouvoir se passer de faire le tour du poteau.

À mon arrivée au Québec, j’ai découvert les joies d’être du mauvais côté de la flèche migratoire. Français, j’étais habitué à me trouver tout au bout de la pointe. Ici, c’était une autre affaire. Je faisais mes premiers pas dans ce territoire drapé de blanc, et je tombais nez à nez avec une réalité que je n’avais pas envisagée: les institutions québécoises, comme celles des Russes peut-être, conçoivent leur fun sous forme de poupées qui en enfantent d’autres, puis d’autres, et ce, jusqu’à épuisement de la dernière. Sur ce principe, ma poupée québ avait accouché d’une poupée administrative dont je me serais bien passé. Mais j’étais loin d’imaginer que celle-ci donnerait bientôt naissance à une poupée «jeunes pros1En référence au permis Jeunes professionnels au Canada, un contrat de travail de deux ans pour les étranger·ère·s qui détiennent une promesse d’embauche.», une poupée RAMQ, une poupée SAAQ et bien d’autres encore. Et chaque accouchement amène son lot d’emmerdes, tant il est un poncif avéré que celles-ci viennent en grappe.

Pour moi comme pour beaucoup, ma rencontre avec le fun à la québécoise fit le son d’un animal sauvage qu’on renverse en voiture: IRCC.

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  •  credit: Charles Huot, «Le Débat sur les langues» (recadré), huile sur toile, entre 1910 et 1913 (Photo: MNBAQ)
    Société

    Ce qui menace réellement notre cohésion

    Nommez un pays ou une province, accolez-y la formulation «plus divisé que jamais» et vous obtiendrez l’un des titres en vogue dans les grands quotidiens québécois. À l’heure où la polarisation inquiète, la classe médiatique attaque-t-elle la mauvaise cible en parlant de clivage gauche-droite?

  • Famille de Jean-Baptiste Hervieux à Pessamit, 1942 credit: Photo: Paul Provencher
    Société

    Tant que l’eau nous submergera

    Près de sept décennies après l’inauguration des centrales Bersimis-1 et Bersimis-2, Hydro-Québec a signé une «entente historique» avec la cheffe de Pessamit, Marielle Vachon. Un exemple concret de réconciliation?

  •  credit: Photo: simpleinsomnia
    Société

    Faire un enfant entre ami·e·s

    Dans «Ports d’attache», essai paru chez Québec Amérique, Karine Côté-Andreetti s’intéresse (notamment) à ces célibataires qui décident de fonder une famille d’un genre nouveau. À en croire ces adelphes de cœur, l’amour et la tendresse platonique sont un terreau fertile pour élever un enfant.

  •  credit: Photo: Justine Latour
    Société

    Ne l’appelez pas Madame Duvernay-Tardif

    Parachutée au Missouri à cause du travail de son conjoint, le joueur de football Laurent Duvernay-Tardif, l’historienne de l’art Florence-Agathe Dubé-Moreau raconte le choc culturel qu’elle a vécu dans le Midwest. Un extrait de son essai «Hors jeu», livre qui examine la place des femmes dans le sport et qui parait ces jours-ci aux Éditions du remue-ménage.

Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres