Tant que l’eau nous submergera

Alexis Vollant
Famille de Jean-Baptiste Hervieux à Pessamit, 1942
Famille de Jean-Baptiste Hervieux à Pessamit, 1942
Photo: Paul Provencher
Publié le :
Idées

Tant que l’eau nous submergera

Près de sept décennies après l’inauguration des centrales Bersimis-1 et Bersimis-2, Hydro-Québec a signé une «entente historique» avec la cheffe de Pessamit, Marielle Vachon. En échange de 45 millions de dollars, la politicienne autochtone consent ainsi à ce que la société d’État développe de nouvelles infrastructures sur son territoire. Un exemple concret de réconciliation? 

Hydro-Québec occupe le Nitassinan1Ce qui signifie «notre terre» en innu-aimun des Innu depuis plusieurs décennies. C’est un cas concret de colonialisme (parmi tant d’autres au Canada) qui a pour effet de placer les Autochtones de Pessamit dans une position inconfortable et dilemmatique. À l’heure actuelle, le contrat signé avec Hydro-Québec ne fait aucunement l’unanimité au sein des Pessamiulnuat, et avec raison. 

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  • Société

    Au pied d’un monument contesté

    Il donne son nom à un jour férié et à une municipalité de l’agglomération de Montréal, mais que sait-on véritablement sur Dollard des Ormeaux? Dans son essai paru aux éditions du Boréal, l’historien Patrice Groulx déboulonne le mythe de ce personnage historique, un martyr pour plusieurs, qui a longtemps été vénéré au Québec.

  • Société

    Ce qui menace réellement notre cohésion

    Nommez un pays ou une province, accolez-y la formulation «plus divisé que jamais» et vous obtiendrez l’un des titres en vogue dans les grands quotidiens québécois. À l’heure où la polarisation inquiète, la classe médiatique attaque-t-elle la mauvaise cible en parlant de clivage gauche-droite?

  • Société

    Faire un enfant entre ami·e·s

    Dans «Ports d’attache», essai paru chez Québec Amérique, Karine Côté-Andreetti s’intéresse (notamment) à ces célibataires qui décident de fonder une famille d’un genre nouveau. À en croire ces adelphes de cœur, l’amour et la tendresse platonique sont un terreau fertile pour élever un enfant.

  • L’auteur de ce texte, Nemo Lieutier, se préparant à traverser la frontière de Saint-Bernard-de-Lacolle.
    Société

    Le tour du poteau, le jeu où personne ne s’amuse

    Immigrer au Québec vient avec un jargon, sorte de langage secret, que les gens nés en France sont souvent les seuls à comprendre, à maitriser. Notre collègue en résume les grandes lignes.

Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres