Vendre du tofu dans un steakhouse

Pierre-Olivier Pineau
credit: Photo: Rathaphon Nanthapreecha
Photo: Rathaphon Nanthapreecha
Publié le :
L'économie environnementale

Vendre du tofu dans un steakhouse

Ou l’illusion du transport électrique dans une société (de plus en plus) éprise de gros véhicules.

On dit souvent que l’électrification du transport est une bonne idée. Après tout, ce secteur ne constitue-t-il pas le plus important consommateur de pétrole et le plus grand émetteur de gaz à effet de serre?

Le gouvernement québécois en est lui aussi convaincu, au point d’encourager, par des subventions, l’achat de véhicules électriques (vé). Entre janvier 2012 et janvier 2017, le programme Roulez électrique a ainsi distribué 103 millions$ à des constructeurs automobiles afin qu’ils baissent le prix de vente des véhicules entièrement ou partiellement électriques. Environ 27000 acheteurs ont pu bénéficier de ces subventions, garnissant nos routes et stationnements de 14600 véhicules hybrides, de 7000 véhicules hybrides rechargeables et de près de 5500 vé supplémentaires.

Commençons-nous pour autant à nous affranchir du pétrole? Malheureusement, non.

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres