Ces femmes qui changent le visage du cinéma afghan

Mortaza Behboudi
«A Thousand Girls Like Me», par Sahra Mani
«A Thousand Girls Like Me», par Sahra Mani
Publié le : vendredi 15 mars 2019
Reportage

Ces femmes qui changent le visage du cinéma afghan

AFGHANISTAN – Des années après la chute de l’extrémisme, une nouvelle génération de femmes semble prendre les devants pour renouveler un septième art sclérosé.

Une vingtaine d’années après l’arrivée des talibans, réaliser un film en Afghanistan est loin d’être chose facile. Les salles ont été fermées et les tournages interdits sous leur autorité, ce qui a eu de profonds effets sur le septième art afghan. Aujourd’hui, sur les 20 cinémas que compte Kaboul, seuls quatre sont en état de fonctionnement. Des années de guerre civile ainsi qu’un manque d’installations techniques et de ressources financières ont étouffé toute velléité artistique.

Au milieu de ce marasme, une poignée de femmes luttent devant et derrière la caméra. Elles sont le visage du renouveau cinématographique afghan. Elles s’appellent Leena Alam, Sahra Mani, Sahra Karimi et Shahrbanoo Sadat. Elles ont entre 25 et 40 ans, et nous racontent leur pays natal.

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  • credit: Photo: Amhed Akacha
    Société

    Journalistes en péril

    SYRIE – Dans un pays où les journalistes se font de plus en plus rares depuis le début de la guerre civile en 2011, des médias militants ont pris le relais de la presse traditionnelle.

    • Zaher Al Zaher
  • Derrière le lac Izabal, les cheminées de la mine Fenix, tout près d’El Estor.credit: Photo: Valérian Mazataud
    Société

    Kafka chez les Q’eqchis

    GUATEMALA – Des évictions, des viols, un meurtre: la filiale d’une compagnie minière canadienne aurait commis des crimes sordides au Guatemala. Et pour la première fois, une cour canadienne a accepté de juger la responsabilité de l’entreprise. Périple jusqu’aux bords du lac Izabal, où cette histoire a commencé.

    • Sarah R. Champagne
Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres