Des deux côtés de Saint-Laurent

Laurence Dauphinais
credit: Photo: Brett Donahue
Photo: Brett Donahue
Publié le : jeudi 20 octobre 2022
Ailleurs à Atelier 10

Des deux côtés de Saint-Laurent

C’est l’absence quasi totale de liens entre les milieux du théâtre anglophone et francophone à Montréal qui a inspiré à Laurence Dauphinais la création de Cyclorama, dernier-né de notre collection Pièces. Pour tenter de créer un pont entre les deux communautés, elle embarque littéralement son public dans une virée en ville sur les traces des salles et des personnalités mythiques qui ont forgé la renommée de la scène montréalaise.

Considéré dans ce texte

Jean-Claude Germain et le Centre du Théâtre d’Aujourd’hui. What does Quebec want. La pertinence des costumes au théâtre.

Cyclorama

Laurence Dauphinais




Laurence Dauphinais est comédienne, dramaturge et metteuse en scène. Elle s’est distinguée pour son implication dans des créations originales comme le iShow (2013), le solo Siri (2017), ou encore la pièce Aalaapi, publiée dans la collection Pièces en 2019.




Pour aller plus loin. 

Cyclorama est le 33e titre paru dans la collection Pièces.

ACTE 3

Laurence entre sur la scène du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui. Un grand écran de forme semi-circulaire trône en plein centre. Elle pousse un rétroprojecteur petit format qu’elle allume face à l’écran. Elle y place un acétate. 

Rappel du sujet de recherche: la dualité culturelle et linguistique à Montréal dans le milieu théâtral.

Elle change d’acétate.

Redéfinition du sujet en question centrale: pourquoi Antoine est-il dans le spectacle?

On entend Antoine venir au loin. Laurence remplace l’acétate. 

Questions et tensions sous-jacentes à la recherche.

Antoine entre sur scène, la tension est palpable. Il se dirige vers la loge derrière l’écran sans dire un mot. 

Laurence (À Antoine) Tu viens?...

Il fait signe que non.

Laurence Non… bon… OK… Rebonsoir, nice to see you again. Anglos, you made it to the other side of Saint-Laurent. Congrats! You’ll see, it’s not dangerous.

Antoine For whom?

Laurence (Gardant son calme) Back to you, profs!

Elle éteint la table lumineuse, révélant les profs à l’écran en direct du Centaur, et se dirige vers sa loge derrière l’écran.

Alexandre Rebonsoir à tous et bienvenue au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui.

Erin We hope the cultural shock isn’t too much for you.

Alexandre On a décidé de rester au Centaur pour créer un genre de portail entre les deux théâtres.

Erin With us here and you there at the same time, we like to think that we’re encouraging an unusual kind of conversation between the two institutions.

Alexandre Oui… Alors faisons le même exercice que pour le Centaur et commençons au début ici aussi. Au départ, le Théâtre d’Aujourd’hui, ce sont quatre compagnies qui se mettent ensemble pour occuper un lieu. Donc les Apprentis sorciers, les Saltimbanques, le Mouvement contemporain, qui était la troupe d’André Brassard, et la compagnie du mime Michel Poletti. À l’époque, comme on vous le disait tantôt, le théâtre ne se situe pas ici, mais au 1297 Papineau, au coin de la rue Sainte-Catherine. C’est un endroit un peu en retrait, il n’y a pas d’entrée sur la rue, il faut traverser une sorte de cour et monter d’un étage. Je crois que c’était au-dessus de ce qui est aujourd’hui le bar le Stud. La première saison, il n’y a pas vraiment de texte québécois, parce que c’était pas le mandat de ces compagnies-là.

Erin Well, except the Mouvement Contemporain, who mounted the first plays of Michel Tremblay. 

Alexandre C’est vrai, mais c’était les seuls. Parce que les Apprentis sorciers ou les Saltimbanques, ils étaient plutôt branchés sur les dramaturgies européennes d’avant-garde, comme Bertolt Brecht ou Boris Vian. C’est seulement après deux ans que le Théâtre d’Aujourd’hui va se tourner résolument vers une dramaturgie québécoise, ce qui ne veut pas nécessairement dire une dramaturgie nationaliste, du moins au départ.

Erin And the person who is going to lead this turn to a Quebec dramaturgy is Jean-Claude Germain. He is often considered the founder of the Théâtre d’Aujourd’hui even though that’s not exactly the case. Germain actually arrives on the scene a couple years after the theatre opens. That said, when he does arrive, he gives the theatre its current mission, which is to promote a Québécois dramaturgy in French. I found numerous interviews in English Canadian media where Germain talks expressly about the Théâtre d’Aujourd’hui and its importance to a national project.

Alexandre Il était comme notre ambassadeur au Canada anglais.

Erin Exactly, he was literally doing cultural translation. At that time the rest of Canada wanted to understand: what does Quebec want? And Jean-Claude Germain was going to tell them. But the ROC (Rest of Canada) may not have known that he also wrote a play called A Canadian Play: Une plaie canadienne. Get it?

Alexandre Le programme ne laisse planer aucun mystère, donc je le cite: «La pièce propose d’exorciser l’image de l’Anglais hors du champ de notre conscience historique par le biais de la mise à mort symbolique du plus célèbre d’entre eux: Lord Durham, l’auteur du fameux rapport Durham, le rapport d’enquête sur les causes de la rébellion des Patriotes en 1837-1838.»

À cet instant, Laurence et Antoine apparaissent derrière l’écran. Antoine est déguisé en Lord Durham. 

Antoine Pourquoi t’es pas costumée en patriote?

Laurence Je trouvais ça prévisible.

Antoine Ouais… parce que c’est ça qu’on avait prévu.

Laurence Oui, mais j’ai pensé que ce serait mieux d’avoir une référence contemporaine, faque je suis déguisée en étudiante de l’UQAM qui est tombée sur le rapport Durham à la librairie de livres usagés—tsé, là, celle en face du cinéma Quartier Latin—, pis là, elle est vraiment en colère, faque elle décide de devenir membre de Québec solidaire pis du PQ pour être sure de pas prendre de chance…

Antoine Hmm... Bullshit! Pourquoi t’haïs ça te costumer?

Laurence Parce que ça fait vieux théâtre. 

Le duo retourne en loge.

Continuez sur ce sujet

  • credit: Illustration: Gabriel Sabourin
    Art de vivre

    La dictature du fil d’actualité

    On tapote l’écran de nos cellulaires pour faire défiler la vie des autres sur les réseaux sociaux. Que ce soit pour procrastiner ou pour tuer le temps, le geste reste le même. Spontané, machinal. Mais ce réflexe exacerbe notre fatigue numérique, selon Véronique Grenier, l’autrice de «À boutte», notre Document 22. En voici un extrait.

    • Véronique Grenier
  • credit: Photo: Bernard Brault
    Société

    S’imposer dans le débat

    En 2012, Québec solidaire faisait son entrée au débat des chef·fe·s. Un baptême du feu pour Françoise David qui défendait les couleurs du parti à l’époque.

    • Françoise David
  • credit: Illustration: Laurent Pinabel
    Société

    «On ne nous tient pas au courant de ça, nous»

    Couper les enfants des discussions graves ou sérieuses, c’est une forme d’adultisme. Un concept encore méconnu que Sarah Poulin-Chartrand aborde, parmi une quarantaine d’autres, dans Nos enfants auront le dernier mot, premier titre de notre nouvelle collection Le temps debout. En voici un extrait.

    • Sarah Poulin-Chartrand
  • Société

    Le temps debout: un nouvel espace de réflexion pour une vie plus consciente et satisfaisante

    Cette semaine, Atelier 10 inaugure un tout nouveau projet, Le temps debout. Le directeur d’Atelier 10 nous indique ici les intentions qui ont mené à sa création, et les principes qui guideront son développement.

    • Nicolas Langelier
Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres