Journalistes en péril

Zaher Al Zaher
credit: Photo: Amhed Akacha
Photo: Amhed Akacha
Publié le : vendredi 15 mars 2019
Reportage

Journalistes en péril

SYRIE – Dans un pays où les journalistes se font de plus en plus rares depuis le début de la guerre civile en 2011, des médias militants ont pris le relais de la presse traditionnelle.

En 2018, la Syrie s’est retrouvée au 177e rang (sur 180) du classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières, une position peu enviable. De fait, elle est devenue l’un des pays les plus meurtriers pour les journalistes. Leur simple présence les expose à tous les dangers: pressions diverses, arrestations, enlèvements, blessures, mort. Ils doivent travailler entre les tirs et les explosions, quand ils n’ont pas à se porter au secours des nombreux blessés. Ce qui a mené le ministère des Affaires étrangères français à transmettre, l’année dernière, une note interne aux rédactions pour les sommer de ne plus y envoyer leurs correspondants.

Il y a sept ans, Gilles Jacquier, reporter à France 2, a été tué lors de l’explosion d’un obus dans le quartier d’Ikrime, à Homs, devenant ainsi le premier d’une longue liste de journalistes morts en Syrie en exerçant leur métier.

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  • «A Thousand Girls Like Me», par Sahra Mani
    Société

    Ces femmes qui changent le visage du cinéma afghan

    AFGHANISTAN – Des années après la chute de l’extrémisme, une nouvelle génération de femmes semble prendre les devants pour renouveler un septième art sclérosé.

    • Mortaza Behboudi
  • Derrière le lac Izabal, les cheminées de la mine Fenix, tout près d’El Estor.credit: Photo: Valérian Mazataud
    Société

    Kafka chez les Q’eqchis

    GUATEMALA – Des évictions, des viols, un meurtre: la filiale d’une compagnie minière canadienne aurait commis des crimes sordides au Guatemala. Et pour la première fois, une cour canadienne a accepté de juger la responsabilité de l’entreprise. Périple jusqu’aux bords du lac Izabal, où cette histoire a commencé.

    • Sarah R. Champagne
Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres