Quoi faire dans Charlevoix

Émélie Bernier
Publié le : mercredi 1 septembre 2021
Boire, manger, faire, dormir

Quoi faire dans Charlevoix

Randonnées pédestres, sports de glisse, art actuel... Quelques idées d'activités pour découvrir le territoire charlevoisien. 


Les sentiers favoris du père de la Traversée de Charlevoix

Nonagénaire souple comme un saule, Eudore Fortin a tracé à la semelle de ses bottes des kilomètres de sentiers où aller à pied, en ski, en raquettes (et muni·e·s d’une carte !). Quelles sont les montagnes qui font battre le cœur du père de la Traversée de Charlevoix avec l’ardeur des premiers jours ?

  • Le mont du Lac des Cygnes

    « C’est la première montagne que j’ai connue intimement, si je peux dire : autour de 1946, j’ai gardé la tour des Cygnes pendant deux étés. Aujourd’hui, la montagne est très achalandée, mais très bien aménagée. Le lac en forme de cygne qui se dessine dans la vallée est toujours aussi beau ! »

    Parc national des Grands-Jardins, kilomètre 21 de la route 381, Saint-Urbain

  • Les monts du Lac à l’Empêche et du Four

    « C’est le premier sentier que j’ai ouvert. Ce sont deux très belles montagnes que j’aime pour la vision à 360 degrés au sommet. On devine la forme du cratère : c’est impressionnant ! »

    Zec des Martres, kilomètre 26,8 de la route 381, Saint-Urbain

  • Le mont des Morios

    « Les Morios, c’est une des plus belles montagnes qu’on a au Québec. C’est toute une montée, mais la vue est spectaculaire de là-haut, et vaut bien l’effort. »

    Chemin du Pied-des-Monts, stationnement au lac Boudreault, Saint-Aimé-des-Lacs

  • L’Acropole des Draveurs

    « J’aime l’Acropole parce que c’est en partie moi qui l’ai ouverte, mais aussi pour le point de vue unique sur Charlevoix. On comprend ce que ça veut dire, les hautes gorges de la rivière Malbaie. »

    Parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie, 500, rue Principale, Saint-Aimé-des-Lacs

  • Le mont Eudore-Fortin

    « Le dernier de mes sentiers préférés, je ne l’ai pas ouvert : c’est le mont qui va porter mon nom ! Ce sera officiel seulement deux ans après ma mort, alors je ne suis pas pressé… »

    Zec des Martres, kilomètre 26,8 de la route 381, Saint-Urbain


Ski, raquette et glisse

Skieur·euse·s de fond ou alpin·e·s, raquetteur·euse·s du dimanche ou aventurier·ère·s à crampons, voici ce que Charlevoix vous réserve de beau et de bon. 

Les fanas de ski de fond seront bien servi·e·s. Le parc régional du mont Grand Fonds, le Centre de plein air les Sources Joyeuses, à La Malbaie, et le Sentier des Caps, à Sainte-Tite-des-Caps, sont appréciés des fondeur·euse·s. L’entretien impeccable et la variété des pistes, semées de refuges et de points de vue enivrants, en font des options de choix.

Parc régional du mont Grand Fonds, 1000, chemin des Loisirs, La Malbaie

Les Sources Joyeuses, 141, rang Sainte-Madeleine, La Malbaie

Sentier des Caps, 2, rue Leclerc, Saint-Tite-des-Caps

Les Vallons des Éboulements, un petit centre tenu à bout de bâtons par une poignée de bénévoles, propose 15 kilomètres de sentiers de ski de fond en forêt et, depuis l’hiver dernier, un chouette réseau de 50 kilomètres de sentiers de raquette. 

215, rang Sainte-Catherine, Les Éboulements

Le Massif de Charlevoix est le chouchou des skieur·euse·s

alpin·e·s, qui aiment ses pistes semblant s’abimer dans les eaux glacées du fleuve. Ceux et celles qui ne sont pas à leur aise sur les planches ont aussi droit à leur part de vertige grâce à une époustouflante piste de luge de 7,5 kilomètres.

185, chemin du Massif, Petite-Rivière-Saint-François

Art actuel

Nouveau venu sur la scène culturelle charlevoisienne, le Centre d’Expo Inouï est sis dans une ancienne épicerie. Une petite salle de projection, où les films sur l’art et les documentaires tiennent le haut du pavé, a été aménagée dans l’ancien frigo à bières ! 

352, rue Saint-Laurent, Saint-Siméon

Le Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul accueille toute l’année des expositions faisant la part belle aux artistes qui écrivent le plus récent chapitre de l’histoire de l’art du Québec. Il orchestre en aout un symposium international franchement intéressant.

23, rue Ambroise-Fafard, Baie-Saint-Paul


Balades en famille

Derrière la Maison Mère de Baie-Saint-Paul, empruntez le chemin des Sœurs jusqu’à la plage. Un joyeux aller-retour avec déambulation dans les sentiers du Boisé du Quai, visite aux animaux de la ferme du Germain Charlevoix et collation ou pause ludique au Mousse Café en prime.

63, rue Ambroise-Fafard, Baie-Saint-Paul

Veaux, vaches, cochons, couvées, mais également émeus et alpagas seront ravis d’avoir la visite de vos poussinots et poussinettes dans les différentes fermettes de la région. Chez Alpagas Charlevoix, on peut même faire une randonnée en compagnie de cet ébouriffé cousin du chameau. Alerte aux photos mignonnes.

Centre de l’Émeu de Charlevoix, 710, rue Saint-Édouard, Saint-Urbain

Alpagas Charlevoix, 2643, route du Fleuve, Les Éboulements

Ferme Marie-Noëlle Beaulieu, 674, chemin Saint-Laurent, Baie-Saint-Paul


Artisanat à emporter

Ponctuée d’une quinzaine de haltes, la Route des métiers d’art vous mènera d’ateliers en boutiques à la rencontre de ceux et celles qui triturent la matière pour en faire jaillir la beauté, l’utilité, ou une délicate alliance des deux. Charlotte ! Atelier-boutique, sur L’Isle-aux-Coudres, Les Ateliers Charlevoix, à Saint-Irénée, Lafabriq, à Baie-Saint-Paul et Ô Vitrô et cie, aux Éboulements, ne sont que quelques-uns des détours obligés. Pressé·e ? La Corporation des métiers d’art a pignon sur rue à deux pas du Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul, et tient un condensé du travail des membres de la corporation.

Boutique métiers d’art Charlevoix, 11-1, rue Ambroise-Fafard, Baie-Saint-Paul

Publicité

La cueillette des aromates

Les forêts, les berges et les prés de Charlevoix recèlent mille et une plantes sauvages à prélever avec parcimonie, selon les principes de la cueillette durable. Parmi elles, le poivre des dunes, le sumac vinaigrier, la rose sauvage et, bien sûr, le thé du Labrador ! Avant de partir, munissez-vous d’un panier ou d’un sac de coton, d’un objet contondant de style canif ou petit sécateur et d’un guide (les publications de Fleurbec sont d’une aide précieuse pour cueillir les bonnes plantes, de la bonne façon).

Continuez sur ce sujet

Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres