Mériter sa mort

Alex Viens
 credit: Photo: Anna Shvets
Photo: Anna Shvets
Publié le :
Idées

Mériter sa mort

La grossophobie est un obstacle à l’empathie, et ça n’est jamais aussi apparent que lorsque les gens parlent de la mort de quelqu’un—qu’elle soit déjà arrivée ou imminente.

«Prends soin de toi.» Je dis ça, les yeux pleins d’eau, à chacun·e de mes ami·e·s quand on se quitte après un souper. C’est la dernière chose que je dis à ma psy avant de fermer la fenêtre Skype, parce que c’est la moindre des choses après lui avoir pleuré dans la face pendant 50 minutes. Tou·te·s les chauffeur·euse·s de taxi qui m’ont mené·e à bon port ont eu droit à leur «prenez soin de vous». Une formule que je répète chaque fois avec toute la sincérité que possède encore mon vieux cœur mou, un souhait en forme de bec soufflé, léger comme le papier d’un biscuit chinois dont la signification réelle se rapproche plutôt de «la vie, c’est rough, alors fais preuve de douceur envers toi-même». J’insiste pour le dire sincèrement, parce que je déteste ce qu’on a autrement fait de cette phrase. 


Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  •  credit: Photo: simpleinsomnia
    Société

    Faire un enfant entre ami·e·s

    Dans «Ports d’attache», essai paru chez Québec Amérique, Karine Côté-Andreetti s’intéresse (notamment) à ces célibataires qui décident de fonder une famille d’un genre nouveau. À en croire ces adelphes de cœur, l’amour et la tendresse platonique sont un terreau fertile pour élever un enfant.

  • L’auteur de ce texte, Nemo Lieutier, se préparant à traverser la frontière de Saint-Bernard-de-Lacolle. credit: Photo: Mathieu Choquell
    Société

    Le tour du poteau, le jeu où personne ne s’amuse

    Immigrer au Québec vient avec un jargon, sorte de langage secret, que les gens nés en France sont souvent les seuls à comprendre, à maitriser. Notre collègue en résume les grandes lignes.

  •  credit: Photo: Justine Latour
    Société

    Ne l’appelez pas Madame Duvernay-Tardif

    Parachutée au Missouri à cause du travail de son conjoint, le joueur de football Laurent Duvernay-Tardif, l’historienne de l’art Florence-Agathe Dubé-Moreau raconte le choc culturel qu’elle a vécu dans le Midwest. Un extrait de son essai «Hors jeu», livre qui examine la place des femmes dans le sport et qui parait ces jours-ci aux Éditions du remue-ménage.

  •  credit: Photo: Columbus Public Library
    Société

    Des femmes et des fermes invisibles

    En agriculture, sur les fermes familiales, les femmes ont longtemps travaillé dans l’ombre de leur mari. Mais un changement de mentalités s’opère, peu à peu, notamment grâce aux recherches de notre collègue Julie Francoeur, qui vient de publier l’essai «Sortir du rang» aux éditions du Remue-ménage.

Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres