Signets—semaine du 14 novembre 2022

credit: Photo: Akio Kon/Bloomberg
Photo: Akio Kon/Bloomberg
Publié le :
Signets

Signets—semaine du 14 novembre 2022

Votre sélection hebdomadaire des textes qui ont attiré l’attention de l’équipe de Nouveau Projet.

Les cubes de Kishō

C’est l’histoire d’un tour à appartements pas comme les autres, d’une construction regroupant 140 cubes de 33 pieds carrés chacun, de tous petits espaces de vie à l’allure rétrofuturiste. Construit en 1972 par l’architecte Kishō Norikata, cet immeuble emblématique de Tokyo a été détruit en avril dernier. Heureusement, cet article nous apprend que quelques-unes des fameuses capsules ont été préservées pour devenir des pièces muséales.

À lire sur Bloomberg (en anglais)


La plus vieille phrase du monde 

Considérée comme l’une des premières technologies humaines, l’écriture aurait laissé la trace de sa toute première phrase sur un peigne en ivoire. Dans ce texte à la fois sérieux et cocasse, le journaliste Pablo Maillé trouve les bons mots pour expliquer l’importance de cette découverte, qui jette une nouvelle lumière sur l’histoire millénaire de l’alphabet et de l’écriture. En découvrant la phrase en question, qui aurait été rédigée, selon les estimations, il y a plus de 3700 ans, on comprend encore davantage le rôle fondamental que jouent les mots dans nos vies. 

À lire dans Usbek & Rica (en français)


Trouver un père sur Marketplace

Quelles sont les options réellement à disposition des futures familles à la recherche d’un donneur de sperme aujourd’hui au Canada? Entre les critères particulièrement drastiques du système canadien et le trop grand laxisme des Américains qui laissent planer des doutes sur leur santé, plusieurs se tournent simplement vers les réseaux sociaux pour satisfaire leur désir d’enfant.

À lire dans The Walrus (en anglais)


Le droit de souffrir

Aujourd’hui, tout le monde souffre: les personnes âgées et les jeunes, les riches et les pauvres, les hommes et les femmes. Alors qu’on assiste à une explosion inédite de l’anxiété, de la dépression et du stress au sein de la population, un nouvel espace social s’ouvre pour «dire» la souffrance. Mais si ce droit venait avec une injonction à se raconter? Entrevue avec Marcelo Otero, professeur de sociologie à l’UQAM, dont les travaux portent sur le malheur ordinaire et la folie.

 À lire dans L’Esprit libre (en français)


Les naturalistes, croquemorts bien malgré eux

Entre pressions des promoteur·trice·s immobilier·ère·s, relations de subordination et concurrence du marché, les bureaux d’études environnementaux ont le blues. Reporterre a rassemblé les témoignages de naturalistes de tous acabits qui, à leur plus grand dam, se sentent comme des «croquemorts venus prendre les mesures du cercueil». 

À lire dans Reporterre (en français)

Continuez sur ce sujet

Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres