Chronique

Une histoire de pêches poilues

Murphy Cooper
 credit: Photo: Lakers
Photo: Lakers
Publié le :
L’expérience Verdun

Une histoire de pêches poilues

L’impact de l’inflation sur notre garde-manger est un sujet récurrent au radiojournal, autour de la machine à café du bureau, et même sur TikTok. Pourtant, l’insécurité alimentaire a toujours existé. 

«Faut que je vous raconte quelque chose qui est arrivé tantôt à l’épicerie.»

Ce sont les mots de la tiktokeuse québécoise Stéphanie Beaudoin qui, les mains au front et la mine désarçonnée, nous promet, catastrophée, le récit d’une mésaventure inaccoutumée. Mais quel type d’incident a-t-il bien pu survenir à l’épicerie? 

«C’est la première fois que je vis ce genre de situation. Je me suis jamais privée pour la nourriture, j’ai jamais manqué de nourriture et je me suis toujours dit que jamais j’allais me priver pour manger quoi que ce soit.»

C’est qu’une fois arrivée à la caisse libre-service, l’influenceuse découvre que les quatre pêches poilues qu’elle vient de scanner et de déposer sur la balance affichent un montant de 11,75$. 

«Non, non, non, non, non, non, y a ben des limites!» se scandalise-t-elle dans sa vidéo TikTok qui a récolté 82 000 vues. On peut présumer qu’elle les a abandonnées là. La vidéo se conclut sur le questionnement suivant: comment les familles à faible revenu arrivent-elles à mettre du pain sur la table en période d’inflation?

Ça me fait tout drôle de voir que la hausse des prix à l’épicerie pousse la classe moyenne à produire des vlogues pour témoigner, à chaud, de son abattement sous le regard de milliers de gens. Pour les personnes issues de la précarité, les pêches étaient déjà un luxe depuis longtemps. Ça me convainc encore plus de mon invisibilité. Du fait que je n’ai jamais été vu ni entendu. Ce qui n’était jusqu’ici qu’un minifragment de ma réalité depuis tout jeune est devenu, pour ceux et celles qui ont grandi dans le confort, un motif pour prendre la caméra et filmer son désarroi.


Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  •  credit: Photo: Mark Gunn
    Société

    Deux crises pour le prix d’une

    Comment concilier les deux crises qui nous accablent présentement, soit celles des médias et du climat? Notre chroniqueur a pris le pouls d’un domaine en pleine expansion dans les salles de nouvelles: le journalisme environnemental.

  •  credit: Photo: Hello Haley
    Société

    La chasse aux jeunes

    Faillite de Vice, fermeture de la salle de rédaction de BuzzFeed News, disparition du «Voir» et suppressions de postes au «24 heures»: ici comme ailleurs, les médias d’information peinent à fidéliser les jeunes. Faut-il tirer la sonnette d’alarme?

  • Une partie de l’équipe canadienne à la coupe du monde de hockey de 1959, à Prague credit: Photo: Community Archives of Belleville and Hastings County
    Société

    De la représentation du «jock»

    Tandis que le mouvement #MoiAussi tente timidement de se frayer un chemin vers la patinoire, Thomas Leblanc se questionne sur la culture du silence qui gangrène le milieu du hockey. L’omniprésence de ce sport dans nos médias a-t-elle contribué à créer un climat d’impunité face aux comportements des jeunes athlètes?

  • Société

    Quand Céline passe incognito

    Une douche froide s’est abattue sur le Québec au début de l’année quand Rolling Stone a écarté Céline Dion de son palmarès des meilleur·e·s chanteur·euse·s de tous les temps. Une controverse à sens unique qui a mis en lumière le chauvinisme du lectorat québécois.

Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres