Chronique

Quand Céline passe incognito

Thomas Leblanc
Publié le :
La société des écrans

Quand Céline passe incognito

Une douche froide s’est abattue sur le Québec au début de l’année quand Rolling Stone a écarté Céline Dion de son palmarès des meilleur·e·s chanteur·euse·s de tous les temps. Une controverse à sens unique qui a mis en lumière le chauvinisme du lectorat québécois.

Le récent psychodrame entourant l’exclusion de Céline Dion de la fameuse liste du Rolling Stone n’a rien de banal. Il révèle une hantise existentielle intimement liée à l’expérience québécoise: celle d’être effacé·e. Publié peu après l’annonce de la maladie neurologique rare de la chanteuse, l’article du magazine musical autrefois prestigieux a entraîné une levée de boucliers en ligne et un stunt étrange de Julie Snyder devant les bureaux new-yorkais de la revue pour défendre la marraine de sa fille, Romy.

Or, cet incident gentiment tourné au ridicule par Patrick Lagacé n’est pas un événement isolé. Quelques fois par année, les médias sociaux québécois s’emballent pour ce que j’appellerais la «représentation malhabile» du Québec dans le reste du Canada et à l’étranger. On traite chaque fois ces nouvelles insolites comme étant anecdotiques, mais j’y vois plutôt un phénomène qu’il faut observer en bloc.

Les cas sont nombreux, et variés: des recettes pas tellement canadiennes publiées par Elle France (six ans après l’épisode du Ricardo gentleman trappeur dans Elle à table) à l’accent québécois atroce d’une actrice britannique campant une Lévisienne dans la série Le serpent sur Netflix, en passant évidemment par la motion adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale en 2017 contre un texte de l’agitateur J.J. McCullough dans le Washington Post, article dans lequel il avançait que «le Québec était plus raciste que le reste du Canada» pour expliquer l’attentat à la grande mosquée de Québec. Les textes anti-Québec du polémiste, qui a récidivé depuis, sont tellement remplis de préjugés à notre égard qu’ils me donnent presque envie de prendre la défense du gouvernement Legault.

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  •  credit: Photo: Mark Gunn
    Société

    Deux crises pour le prix d’une

    Comment concilier les deux crises qui nous accablent présentement, soit celles des médias et du climat? Notre chroniqueur a pris le pouls d’un domaine en pleine expansion dans les salles de nouvelles: le journalisme environnemental.

  •  credit: Photo: Hello Haley
    Société

    La chasse aux jeunes

    Faillite de Vice, fermeture de la salle de rédaction de BuzzFeed News, disparition du «Voir» et suppressions de postes au «24 heures»: ici comme ailleurs, les médias d’information peinent à fidéliser les jeunes. Faut-il tirer la sonnette d’alarme?

  • Une partie de l’équipe canadienne à la coupe du monde de hockey de 1959, à Prague credit: Photo: Community Archives of Belleville and Hastings County
    Société

    De la représentation du «jock»

    Tandis que le mouvement #MoiAussi tente timidement de se frayer un chemin vers la patinoire, Thomas Leblanc se questionne sur la culture du silence qui gangrène le milieu du hockey. L’omniprésence de ce sport dans nos médias a-t-elle contribué à créer un climat d’impunité face aux comportements des jeunes athlètes?

  •  credit: Photo: Lakers
    Société

    Une histoire de pêches poilues

    L’impact de l’inflation sur notre garde-manger est un sujet récurrent au radiojournal, autour de la machine à café du bureau, et même sur TikTok. Pourtant, l’insécurité alimentaire a toujours existé.

Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres