«Vermine radieuse»: quand la gentrification s’invite au théâtre

Pierre Berthy-Paul
credit: Photo: Gunther Gamper
Photo: Gunther Gamper
Publié le : vendredi 22 avril 2022
Critique

«Vermine radieuse»: quand la gentrification s’invite au théâtre

La crise du logement s’invite à La Licorne avec Vermine radieuse, une pièce créée à Bristol en 2015 mais qui fait écho à la réalité montréalaise actuelle. 

Julie et Oli, ce jeune couple sans-le-sou qui vit dans un logement délabré, attendent leur premier enfant. C’est dans ce moment de vulnérabilité que l’omnisciente et colorée Miss Dee leur fait une mystérieuse offre, celle de devenir les chanceux propriétaires de leur «maison de rêve». Seule ombre au tableau: tout est à refaire… C’est lors de leur première nuit dans cette nouvelle maison que le couple découvrira accidentellement une technique de rénovation efficace, mais pour le moins cruelle. Que ne feraient-ils pas pour le bonheur de leur future famille!  

Radiant Vermin (titre original) du caustique Philip Ridley a été créé en 2015 dans une Angleterre qui, comme le Québec d’aujourd’hui, connaissait une importante crise du logement avec des prix exorbitants, des logements insalubres et des propriétaires au sens éthique discutable… C’est donc à point nommé que cette pièce traduite par Marie-Claude Verdier nous arrive à Montréal. La traduction aurait pu être une véritable adaptation québécoise percutante si Verdier n’avait pas effacé les références culturelles du texte d’origine. Ceci dit, Vermine radieuse reste une critique drôle et acerbe de l’embourgeoisement et de son cout social, de notre désir de propriété et de confort.  

Publicité

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  • Culture

    «Au nord d’Albany»: s’égarer en route

    Marianne Farley a rapidement laissé sa marque dans le milieu du court métrage en réalisant coup sur coup trois films au parcours international, dont «Marguerite», nommé aux Oscars en 2019. Malheureusement, son passage attendu au long n’est pas réussi.

    • Jason Béliveau
  • Culture

    «Maple»: les maladresses de David Goudreault

    David Goudreault est bardé de prix, il a publié une trilogie de bestsellers (La bête), en plus d’avoir été personnifié au Bye Bye 2021. Mais est-ce que son plus récent roman s’avère à la hauteur de la place qu’on lui accorde?

    • Amélie Panneton
  • credit: Photo: Denis Farley / MBAM
    Culture

    Basquiat au MBAM: une bonne rétrospective-spectacle

    Sa carrière de peintre a commencé en même temps que le rap, puis il est devenu une icône nommée dans des chansons de Kanye West, Nas et Jay-Z. Jouissant d’une street cred enviable, même 34 ans après sa mort, Basquiat est au cœur d’une exposition très musicale au Musée des beaux-arts de Montréal. Et notre collaboratrice l’a vue.

    • Dominique Sirois-Rouleau
  • Culture

    «Falcon Lake»: Sara Montpetit perce (encore) l’écran

    Avec ce premier long métrage, la cinéaste et comédienne Charlotte Le Bon signe une variation joliment lynchéenne sur les affres du passage de l’enfance à l’adolescence, un thème que le cinéma québécois s’acharne à explorer depuis une dizaine d’années.

    • Jason Béliveau
Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres