«WE»: Arcade Fire encore habité par l’énergie de ses débuts

Élise Jetté
Publié le : vendredi 6 mai 2022
Critique

«WE»: Arcade Fire encore habité par l’énergie de ses débuts

Maintenant établis à La Nouvelle-Orléans, Win Butler et Régine Chassagne ont écrit ensemble ce WE qui représente un «nous» collectif, un opus qui ose rapatrier tous ses morceaux après s’être égaré.

On parle constamment d’Arcade Fire comme d’un joyau national, un produit de chez nous, le résultat d’un regard montréalais, bref, une expérience globale vécue ici. Les plus récents albums du groupe se détachent toutefois de notre réalité locale pour embrasser quelque chose de plus large, un sentiment plus universel.

En ce début de fin de pandémie, rien de plus conventionnel que d’écrire des chansons qui rassemblent et qui nous rappellent que les gens qu’on aime ne sont jamais partis. Or, Arcade Fire le fait ici avec un mélange de la fougue de ses débuts et de la sagesse qui vient avec l’âge. Le nouvel album offre sept chansons qui réussissent à transposer la frénésie que le groupe nous offre en spectacle.

Au début de WE, on est replongés dans nos paniques de 2020 avec Age of Anxiety I et Age of Anxiety II (Rabbit Hole). La co-réalisation de Nigel Godrich, que l’on connait pour son travail soutenu auprès de Radiohead notamment, s’entend surtout dans les moments instrumentaux qui nous laissent renouer avec nos vides intérieurs. 

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  • Culture

    «Mr. Morale & The Big Steppers»: le tour de force de Kendrick Lamar

    Kendrick Lamar nous a maintes fois amenés au cœur de ses réflexions, en pointant avec lucidité et franchise ses problèmes personnels et ceux de sa communauté. Pour son cinquième album, il passe à l’étape suivante: trouver des solutions.

    • Olivier Boisvert-Magnen
  • credit: Photo: Les productions du moment
    Culture

    «Inès»: Désespérer l’inattendu

    Même si Inès traite avant tout de santé mentale, ce dernier film de Renée Beaulieu témoigne d’une volonté de mettre de l’avant des femmes fortes à la sexualité décomplexée. Le résultat subjugue, au risque d’aliéner une bonne partie du public.

    • Jason Béliveau
  • credit: Photo: Entract Films / Maison 43
    Culture

    «Norbourg»: À Cash City, comme chantait l’autre

    À quoi rêve Vincent Lacroix la nuit? À des montagnes de billets verts? Au lustre miroitant des voitures de luxe qu’il a jadis possédées? Voit-il parfois apparaitre—vision cauchemardesque—le visage émacié et fantomatique de l’un des milliers d’investisseurs qu’il a fraudés?

    • Jason Béliveau
Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres