«WE»: Arcade Fire encore habité par l’énergie de ses débuts

Élise Jetté
Publié le : vendredi 6 mai 2022
Critique

«WE»: Arcade Fire encore habité par l’énergie de ses débuts

Maintenant établis à La Nouvelle-Orléans, Win Butler et Régine Chassagne ont écrit ensemble ce WE qui représente un «nous» collectif, un opus qui ose rapatrier tous ses morceaux après s’être égaré.

On parle constamment d’Arcade Fire comme d’un joyau national, un produit de chez nous, le résultat d’un regard montréalais, bref, une expérience globale vécue ici. Les plus récents albums du groupe se détachent toutefois de notre réalité locale pour embrasser quelque chose de plus large, un sentiment plus universel.

En ce début de fin de pandémie, rien de plus conventionnel que d’écrire des chansons qui rassemblent et qui nous rappellent que les gens qu’on aime ne sont jamais partis. Or, Arcade Fire le fait ici avec un mélange de la fougue de ses débuts et de la sagesse qui vient avec l’âge. Le nouvel album offre sept chansons qui réussissent à transposer la frénésie que le groupe nous offre en spectacle.

Au début de WE, on est replongés dans nos paniques de 2020 avec Age of Anxiety I et Age of Anxiety II (Rabbit Hole). La co-réalisation de Nigel Godrich, que l’on connait pour son travail soutenu auprès de Radiohead notamment, s’entend surtout dans les moments instrumentaux qui nous laissent renouer avec nos vides intérieurs. 

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  • Culture

    «Au nord d’Albany»: s’égarer en route

    Marianne Farley a rapidement laissé sa marque dans le milieu du court métrage en réalisant coup sur coup trois films au parcours international, dont «Marguerite», nommé aux Oscars en 2019. Malheureusement, son passage attendu au long n’est pas réussi.

    • Jason Béliveau
  • Culture

    «Maple»: les maladresses de David Goudreault

    David Goudreault est bardé de prix, il a publié une trilogie de bestsellers (La bête), en plus d’avoir été personnifié au Bye Bye 2021. Mais est-ce que son plus récent roman s’avère à la hauteur de la place qu’on lui accorde?

    • Amélie Panneton
  • credit: Photo: Denis Farley / MBAM
    Culture

    Basquiat au MBAM: une bonne rétrospective-spectacle

    Sa carrière de peintre a commencé en même temps que le rap, puis il est devenu une icône nommée dans des chansons de Kanye West, Nas et Jay-Z. Jouissant d’une street cred enviable, même 34 ans après sa mort, Basquiat est au cœur d’une exposition très musicale au Musée des beaux-arts de Montréal. Et notre collaboratrice l’a vue.

    • Dominique Sirois-Rouleau
  • Culture

    «Falcon Lake»: Sara Montpetit perce (encore) l’écran

    Avec ce premier long métrage, la cinéaste et comédienne Charlotte Le Bon signe une variation joliment lynchéenne sur les affres du passage de l’enfance à l’adolescence, un thème que le cinéma québécois s’acharne à explorer depuis une dizaine d’années.

    • Jason Béliveau
Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres