Au nirvana des mécréant·e·s

Laurence Côté-Fournier
credit: Illustration: Mathieu Potvin
Illustration: Mathieu Potvin
Publié le : jeudi 31 mars 2022
Littérature

Au nirvana des mécréant·e·s

La littérature est-elle ce lieu sécuritaire où étancher notre soif existentielle?

Considéré dans ce texte

Yoga d’Emmanuel Carrère, et la quête spirituelle des sceptiques. Alison Bechdel et le sport comme chemin d’accès au grand Tout. Le détachement du monde et le repli sur soi. Des touristes en peignoirs blancs. Les fins subtiles et souriantes. 

Jeune adulte, j’ai travaillé dans une boutique d’affiches en tout genre. La section réservée à l’imaginaire de la motivation était une des plus lucratives. Le graphisme de ces affiches, presque toujours le même, est connu: un mot en majuscules («FORCE», «SUCCÈS», «AMBITION»), suivi d’une injonction galvanisante («Aspire à grimper aussi haut que tes rêves te le permettent»), le tout accompagné d’une photo d’un paysage grandiose, comme une manifestation extérieure de notre puissance latente. La littéraire que j’étais regardait les acheteur·euse·s avec condescendance, jugeant ces entrepreneurs qui en tapisseraient une salle d’employé·e·s beige avec vue sur un boulevard urbain, ou ces sportives qui s’imagineraient sur l’Himalaya pendant leur demi-marathon à Saint-Bruno. Dans ma propre vie, aucun succès ne menait à une plage déserte paradisiaque.

La littérature offre un contrepoids parfait aux gens qui, comme moi, ont maille à partir avec le discours de motivation personnelle. Peu de grand·e·s écrivain·e·s sont d’incurables optimistes prompt·e·s à présenter la grandeur de l’âme humaine et les succès éclatants que rencontrent les personnes travaillantes et déterminées; ce sont plutôt les zones grises de l’humanité qui les intéressent, tout comme les destins imprévisibles. Les optimistes sont généralement snobé·e·s: à preuve, L’alchimiste de Paulo Coelho et son message simple sur la recherche du bonheur et la connaissance de soi font office de running gag depuis 20 ans dans le milieu littéraire.

Le discours du dépassement de soi laisse néanmoins des traces même chez ceux et celles qui y semblent immunisé·e·s. Plusieurs récits récents, de Yoga d’Emmanuel Carrère à The Secret to Superhuman Strength -d’Alison Bechdel, mettent à nu les névroses personnelles de leur auteur·trice lancé·e dans une quête existentielle. De la méditation au bouddhisme, en passant par l’astrologie et la mise en forme extrême, les grandes religions de l’Occidental·e non croyant·e sont toutes représentées dans ces livres où les auteur·trice·s sont capables d’assez d’autodérision pour dévoiler les ratés qui accompagnent immanquablement leur prétention à trouver le secret de l’existence.

Je comprends leur quête. Malgré mes airs rabat-joies, moi aussi, je me suis retrouvée à dessiner des mandalas pour libérer mon anxiété et à rédiger un journal de gratitude dans l’espoir de devenir une meilleure personne. Prise dans un quotidien parfois monotone, j’ai cherché une façon de lui apporter un peu de grandeur, un sens plus riche, un horizon nouveau. Et j’ai dévoré ces livres, curieuse de voir ce que d’autres sceptiques avaient pu découvrir.


Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres