Calamine: «woke» tant qu’il le faudra

Catherine Genest
credit: Photo: Marie-Mike
Photo: Marie-Mike
Publié le : lundi 11 juillet 2022
Entrevue

Calamine: «woke» tant qu’il le faudra

«Lesbienne woke sur l’autotune», c’est une insulte que Calamine (née Julie Gagnon) a essuyée sur les réseaux sociaux, mais aussi le titre de son album qui sort ce 8 juillet. Une collection de chansons où jazz, R&B et Alain Deneault font bon ménage.

À l’origine, les femmes étaient majoritaires dans le rap québécois, avec Blondie B, Wavy Wanda, Baby Blue…  Comment expliques-tu que la situation ait changé de manière si radicale quand le rap est devenu populaire auprès du grand public?

Comme je le lisais dans l’essai Hot, Cool & Vicious de Keivan Djavadzadeh à propos de la place des femmes dans le rap américain, il semblerait qu’avec l’effondrement du marché du disque dans les années 2000, les labels se seraient rabattus sur les «valeurs sûres» (qui naturellement à leurs yeux étaient des hommes) pour accuser le coup porté à l’industrie par la musique numérique. Il semblerait qu’ils se soient donc montrés extrêmement frileux à l’idée de financer de nouvelles MC pendant des années où Nicki Minaj sera la seule femme dans les palmarès. On avait même retiré la catégorie «album hip-hop féminin» de plusieurs galas de musique. J’avoue moins bien connaître les rouages de la scène montréalaise à la même époque, mais on peut imaginer un phénomène similaire. Je suggère toutefois la lecture du livre Les racines du hip-hop au Québec de Félix B. Desfossés, qui fait un portrait vraiment intéressant des pionnier·ière·s de la scène. En bref, je pense que beaucoup de mouvements (comme le hip-hop) émergent des marges avec une pulsion de diversité et d’inclusion, mais qu’ils se font progressivement absorber par le système blanc hétéropatriarcal qui les assujettit à la rentabilité.


Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  • credit: Photo: Guillaume Boucher
    Société

    «Projet Polytechnique»: affronter la haine

    À l’automne 2023, le Projet Polytechnique, écrit par Jean-Marc Dalphond et Marie-Joanne Boucher, sera présenté à Montréal. Cette œuvre de théâtre documentaire qui plonge dans la mémoire collective de l’attentat de 1989 pour interroger la violence à l’égard des femmes en 2022 sera publiée en même temps dans la collection de théâtre d’Atelier 10.

    • Maud Brougère
    • Catherine Genest
  • credit: Photo: Marie-Ève Rompré
    Art de vivre

    Véronique Grenier: écrire pour apaiser

    Réfléchir à la fatigue, c’est d’abord et avant tout chercher à la circonscrire. C’est la tâche à laquelle Véronique Grenier s’est attelée pour pondre notre Document 22. Un ouvrage étonnant où se côtoient Kant et Rihanna.

    • Julie Francoeur
  • credit: Photo: Janice Lawandi
    Société

    Toula Drimonis: créer des ponts entre les deux solitudes

    Elle est d’origine grecque, elle écrit ses articles en anglais, elle adore lire des romans en français. Mais surtout, Toula Drimonis est Québécoise. Et avec son essai fraichement paru, intitulé We, The Others, la journaliste montréalaise s’évertue à réconcilier toutes les facettes de son identité culturelle.

    • Catherine Genest
  • credit: Photo: Marjorie Guindon, assistée d'Audrey Belval Coiffure et maquillage: Celica Sea
    Société

    Amitié, nom féminin

    Melyssa Elmer aime faire rayonner les artistes de la relève. Mais elle est aussi la grande amie de notre collaboratrice Safia Nolin. Une amitié qui leur donne la force de résistance nécessaire, et la foi, pour rester debout. Envers et contre tou·te·s.

    • Safia Nolin
Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres