Il faut qu’on parle de la santé mentale des étudiant·e·s aux cycles supérieurs

Samuel Dinel
 credit: Photo: Marie Jolicoeur
Photo: Marie Jolicoeur
Publié le :
Idées

Il faut qu’on parle de la santé mentale des étudiant·e·s aux cycles supérieurs

À quoi sert un mémoire de maitrise qu’à peu près personne ne lira, sur un sujet si niché qu’il ne ralliera qu’une poignée de collègues du même domaine? L’étudiant-chercheur Samuel Dinel se questionne sur la valeur même de ses efforts étalés sur trois ans. 

D’abord, permettez-moi de m’excuser pour la présentation que je vais faire dans les minutes qui viennent. Ce sera sans doute l’exposé le plus hétéroclite de ma carrière universitaire.

Le thème du colloque est «Le monde moderne peut-il être sauvé?» Ma réponse est floue et mince. Vous voyez, je souffrirais d’un assez puissant syndrome de l’imposteur . à essayer de répondre à une question aussi immense et importante. Mon sujet étant plus pointu, disons.

Donc, pour essayer de réduire la portée du problème et me concentrer sur mon expertise, je déplace le sujet, j’abaisse la barre, fier représentant de l’axe travail du Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES), je prononce la question suivante «Le travail moderne peut-il être sauvé?» Voilà! C’est beaucoup plus accessible, bravo Samuel.

Sauf que mon mémoire ne vise absolument pas ce sujet non plus. Il ne vise pas à sauver le travail; juste à mieux le comprendre, et encore, mon regard porte uniquement sur un champ hyperspécifique et restreint de l’univers parfois flou des relations industrielles. Alors, ultimement, est-ce que je suis qualifié pour répondre à cette question même simplifiée? Absolument pas.

Mais peut-être que je pourrais, grâce à cette longue introduction, vous intéresser à mon mémoire. Peut-être que je pourrais, grâce à ce sujet amené truffé de détours, générer une petite étincelle dans vos yeux. Peut-être que mon sujet de recherche susciterait chez vous, personnes curieuses et intéressées, une petite salivation intellectuelle.

Est-ce que, collectivement, on va s’intéresser à ce sur quoi j’ai travaillé pendant trois ans? 

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  • Famille de Jean-Baptiste Hervieux à Pessamit, 1942 credit: Photo: Paul Provencher
    Société

    Tant que l’eau nous submergera

    Près de sept décennies après l’inauguration des centrales Bersimis-1 et Bersimis-2, Hydro-Québec a signé une «entente historique» avec la cheffe de Pessamit, Marielle Vachon. Un exemple concret de réconciliation?

  •  credit: Photo: simpleinsomnia
    Société

    Faire un enfant entre ami·e·s

    Dans «Ports d’attache», essai paru chez Québec Amérique, Karine Côté-Andreetti s’intéresse (notamment) à ces célibataires qui décident de fonder une famille d’un genre nouveau. À en croire ces adelphes de cœur, l’amour et la tendresse platonique sont un terreau fertile pour élever un enfant.

  • L’auteur de ce texte, Nemo Lieutier, se préparant à traverser la frontière de Saint-Bernard-de-Lacolle. credit: Photo: Mathieu Choquell
    Société

    Le tour du poteau, le jeu où personne ne s’amuse

    Immigrer au Québec vient avec un jargon, sorte de langage secret, que les gens nés en France sont souvent les seuls à comprendre, à maitriser. Notre collègue en résume les grandes lignes.

  •  credit: Photo: Justine Latour
    Société

    Ne l’appelez pas Madame Duvernay-Tardif

    Parachutée au Missouri à cause du travail de son conjoint, le joueur de football Laurent Duvernay-Tardif, l’historienne de l’art Florence-Agathe Dubé-Moreau raconte le choc culturel qu’elle a vécu dans le Midwest. Un extrait de son essai «Hors jeu», livre qui examine la place des femmes dans le sport et qui parait ces jours-ci aux Éditions du remue-ménage.

Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres