«Inès»: Désespérer l’inattendu

Jason Béliveau
credit: Photo: Les productions du moment
Photo: Les productions du moment
Publié le : vendredi 13 mai 2022
Critique

«Inès»: Désespérer l’inattendu

Même si Inès traite avant tout de santé mentale, ce dernier film de Renée Beaulieu témoigne d’une volonté de mettre de l’avant des femmes fortes à la sexualité décomplexée. Le résultat subjugue, au risque d’aliéner une bonne partie du public.

Qui pourrait reprocher à la cinéaste Renée Beaulieu d’y aller de main morte? Depuis son deuxième long métrage intitulé Les salopes ou le sucre naturel de la peau, l’enseignante et docteure en études cinématographiques déboulonne avec vigueur les représentations conventionnelles du désir dans notre cinéma, où l’homme entreprend, contrôle et domine. 

Inès (Rosalie Bonenfant) a 20 ans et habite seule avec son père (Roy Dupuis), sa mère catatonique (Noémie Godin-Vigneau) étant internée dans une institution pour des raisons nébuleuses. Malgré les insistances du paternel, la jeune femme peine à tracer sa voie, elle se cherche et semble prisonnière d’un complexe d’Œdipe à peine refoulé (ils dorment parfois encore dans le même lit). Lorsqu’une collègue de travail lui propose de prendre son appartement pour s’occuper de son chien lors d’un séjour à l’étranger, Inès tentera pour la première fois de voler de ses propres ailes. 


Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres