La société du glamping

Simon Diotte
Illustration: Benjamin Lamy
Illustration: Benjamin Lamy
Publié le : jeudi 13 septembre 2018
Environnement

La société du glamping

Aménagement excessif des espaces sauvages, virage vers le camping de luxe, logique comptable: la gestion des parcs nationaux québécois suscite la grogne chez les puristes du plein air. Ces critiques sont-elles justifiées?

Considéré dans ce texte

Les espaces sauvages. L’odeur du chasse-moustique. La dichotomie entre aventuriers et grand public. Le «glamour» et la vie de chalet. La quête perpétuelle de nouveaux sommets. La mise en marché de notre patrimoine naturel.

En 2008, la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) adopte une nouvelle tendance qui ne quittera plus ses parcs: le glamping. Ce néologisme, contraction des mots «glamour» et «camping», unit deux termes à priori peu conciliables: l’élégance est rarement au rendez-vous lorsqu’on baigne dans une odeur de chasse-moustique. La mise en marché des tentes Huttopia prouvera pourtant qu’une telle combinaison est possible. Finie, la misère en nature: ces abris de toile possèdent literie, mobilier et attirail pour cuisiner. Un chauffage d’appoint dorlote même les campeurs lors des nuits fraiches. Plus besoin de jouer à Tetris dans le coffre de la voiture en imbriquant le nombre apparemment infini de choses nécessaires pour une virée en forêt. On prend sacs de couchage, bagages, nourriture, bières et on part. Jamais le camping n’a été aussi convivial.

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  • credit: Photo: Milo Kazi
    Contenu commandité

    Biomasse forestière: des résidus qui tiennent au chaud

    Les industries, commerces et institutions du Bas-Saint-Laurent peuvent désormais convertir leurs systèmes de chauffage vers un système à la biomasse forestière résiduelle. En accompagnant cette transition, le Conseil régional de l’environnement du Bas-Saint-Laurent et Nature Québec espèrent positionner la région au premier plan dans cette filière importante de la lutte contre les changements climatiques.

  • Société

    Pourquoi je n’achète aucun vêtement neuf

    Les friperies n’ont jamais été aussi cool qu’en ce moment, mais le recyclage de vêtements n’a rien de révolutionnaire. Dans les milieux défavorisés, on a toujours été «écoresponsables». À défaut de s’en voir offrir le choix.

    • Murphy Cooper
  • credit: Photo: Photo: Taylor Roades/The Narwhal
    Société

    Nos signets—Semaine du 23 mai 2022

    Votre sélection hebdomadaire des textes, productions audiovisuelles et autres contenus qui ont attiré l’attention de l’équipe de Nouveau Projet, cette semaine.

Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres