Contenu commandité

Le dernier rendez-vous du «Poète en robe de chambre»

Pendant dix ans, Christian Vézina a fait monter la poésie sur scène.credit: Photo: Mario Groleau
Pendant dix ans, Christian Vézina a fait monter la poésie sur scène.
Photo: Mario Groleau
Publié le : dimanche 10 octobre 2021
Présenté par
Québec en toutes lettres

Le dernier rendez-vous du «Poète en robe de chambre»

Christian Vézina conclut dix années de rencontres savoureuses dans le cadre du festival littéraire Québec en toutes lettres.

«Depuis le début, je me suis donné le mandat de faire se rencontrer la poésie et les gens qui pensent qu’elle n’est pas faite pour eux», résume le poète et metteur en scène Christian Vézina, maitre d’œuvre du Poète en robe de chambre. Durant 10 ans, celui-ci a conçu et animé cette série de soirées littéraires décontractées, au départ en solo, puis en compagnie d’invités issus des milieux théâtral et littéraire—comédiens, auteurs ou dramaturges—dans des salles aux quatre coins du Québec. Le 22 octobre prochain, dans le cadre du festival littéraire Québec en toutes lettres, il présentera l’ultime édition de ses soirées éclatées: le Cabaret 10e anniversaire du Poète en robe de chambre.

«Ça faisait deux ans que je me disais que j’avais fait le tour, dit-il. Je voulais surtout éviter de faire de l’autointerprétation… Et je me sens prêt pour d’autres aventures, que je ne connais pas encore!» Il a donc réuni une équipe coup de cœur pour ce qui promet d’être une belle fête de clôture: Amélie Prévost, Normand Baillargeon, Maude Guérin, Micheline Lanctôt, Sébastien Ricard et Guylaine Tremblay monteront sur la scène de l’Impérial Bell. 


Faire entendre la poésie

Au fil des ans, de grands noms se sont succédé sur la scène de Vézina. Yves Desgagnés, Marcel Sabourin, Robert Lalonde, ou encore Mani Soleymanlou, Marie-Thérèse Fortin et Louise Latraverse sont venus parler de leurs coups de cœur littéraires. Chaque édition était structurée autour de sessions de lecture entrecoupées de discussions à bâtons rompus entre Vézina et son invité. 

L’intention derrière tout ça a toujours été d’offrir au public des textes complexes dans une simplicité qui leur permette de franchir la frontière souvent opaque du registre poétique. 

La métaphorique «robe de chambre» le dit en préambule: les soirées de Christian Vézina sont une rencontre entre amoureux des mots, une conversation intime qui rappelle l’ambiance d’un salon privé où seraient rassemblés quelques amis. «Il fallait faire sortir la poésie des recueils et la livrer dans des espaces publics accessibles: dans les maisons de la culture, les bibliothèques, à la Maison de la littérature à Québec, et même à la radio», souligne le créateur. 

Un grand terrain de jeu

Le public—qui a toujours été au rendez-vous, que l’invité soit une tête d’affiche ou un auteur confidentiel—a pu entendre un répertoire varié allant de Gaston Miron à Leonard Cohen en passant par Claude Gauvreau et même quelques vers de Cyrano de Bergerac. Évoluant tantôt autour d’un auteur unique, tantôt autour d’une thématique, ces soirées poétiques n’ont eu de cesse de se renouveler: théâtre, correspondance, vers, prose. 

«On se donnait tous les droits, sauf celui d’ennuyer les gens qui venaient nous voir, raconte Christian Vézina. Une fois, avec Macha Grenon, on a demandé au public: voulez-vous qu’on continue? La réponse a été enthousiaste; on a continué!» Des registres aussi éclectiques que ceux de Blaise Cendrars ou d’Éric-Emmanuel Schmitt ont été abordés avec la même ardeur. «Même avec des textes plus difficiles, comme Mourir les yeux ouverts, de Marie de Hennezel, j’ai été abasourdi par l’accueil et l’ouverture du public.» 

L’interprétation a elle aussi été traversée par l’éclectisme. On a pu assister à des soirées de slam; la «poétesse de l’oralité» Amélie Prévost, l’une des voix les plus porteuses d’ici et d’ailleurs, sera de retour sur la scène de Christian Vézina pour la version cabaret du Poète, après un premier passage marquant. «C’est rare qu’un artiste démontre une telle ouverture à la démarche des autres», explique la comédienne qui a remporté la Coupe du monde de slam en 2016, à Paris. «Avec Christian Vézina, on évolue ensemble entre la légèreté et la profondeur. Et, surtout, dans un plaisir communicatif. Je suis honorée que Christian ait pensé à moi pour cette célébration. Ça va être un gros party avec le reste des invités!» 


Impro, surprises et imprévus

Durant 10 ans, ces soirées poésie ont réussi à créer des moments uniques d’«improvisation contrôlée». Comme la fois où l’actrice Salomé Corbo s’est retrouvée sur scène, à Trois-Rivières, sans livres—et donc sans textes—pour soutenir sa prestation, convaincue de les trouver sur place. «Elle s’est mise à improviser en puisant dans un répertoire qu’elle connait par cœur, j’étais baba, se souvient Christian Vézina. Elle punchait fort... À la fin, j’étais flabergasté! Le public en redemandait!» 

Ou la fois où, à la dernière minute, Maude Guérin a remplacé Robert Lalonde, victime d’un accident, et qui s’était pourtant rendu sur place pour livrer sa prestation prévue dans le cadre des Correspondances d’Eastman. Le comédien, auteur et dramaturge se souvient: «Une heure avant le show, on m’a dit: voyons, Robert, Maude va prendre la relève! Elle a traversé le spectacle tout du long avec brio, ça a été une soirée merveilleuse.» Robert Lalonde a tout de même participé à une bonne dizaine de ces soirées poétiques, y trouvant chaque fois l’occasion de sortir du cadre et de s’amuser.

On ne sait encore rien du répertoire qui sera exploré le 22 octobre prochain lors du Cabaret 10e anniversaire au festival Québec en toutes lettres; jusqu’au bout, la surprise fait partie de l’aventure. Mais il faut s’attendre à une soirée riche en émotions et en trouvailles, portée par la créativité de son maitre de cérémonie. 

«Christian Vézina est un érudit de la poésie à la modestie radieuse, résume joliment Robert Lalonde. En créant la série du Poète, il a fait le pari que la poésie est une médecine efficace contre la bêtise et l’intolérance.» Et, jusqu’au bout, son hommage rendu à la beauté de la langue et au talent des artistes qui la mettent en lumière aura tenu le pari. 


La 12e édition de Québec en toutes lettres se déploie sous le thème Tout un voyage est resté en nous, tiré d’un vers de Marie Uguay. Du 14 au 24 octobre, le festival offre une riche programmation: performances et installations dans l’espace public, spectacles, soirée découverte Accent basque, journées de réflexion et rencontres avec des autrices et auteurs du Québec et d’ailleurs! Événement phare de Québec, ville de littérature UNESCO, ce rendez-vous incontournable de la vie littéraire est un moment festif, convivial et rassembleur.

Continuez sur ce sujet

Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres