Nouvelles d’une ville sans sommeil

Casques bleus des forces portugaises et jordaniennes en patrouille au marché de Pk5, Bangui.
Casques bleus des forces portugaises et jordaniennes en patrouille au marché de Pk5, Bangui.
Publié le : jeudi 13 septembre 2018
La lettre de l'étranger

Nouvelles d’une ville sans sommeil

Depuis 2013, la République centrafricaine est le théâtre d’un conflit sanglant. Des centaines de personnes sont mortes, des milliers d’autres ont été blessées. L’ouverture du premier programme universitaire de psychologie du pays marque un pas vers le traitement des traumatismes psychiques, jusqu’ici ignorés.

C’est le 23 mars 2013 que tout a commencé: les rebelles de la Séléka, coalition à majorité musulmane, sont à l’orée de Bangui, décidés à renverser le président Bozizé au pouvoir depuis dix ans. Lui-même a d’ailleurs accédé à la présidence par un coup d’État, le quatrième depuis l’indépendance du pays, en 1960.

Ce soir-là, la capitale de la République centrafricaine est privée d’électricité. Ses résidents, terrifiés, savent très bien ce qu’annonce cette nuit blanche: le cauchemar recommence.

Depuis, le pays est déchiré par un conflit incessant. Cela fait maintenant cinq ans que les machettes s’aiguisent, que les civils souffrent, que les puits se remplissent de cadavres et que le sommeil a déserté les cases de terre, dans ce pays enclavé où les problèmes sociaux et politiques ont engendré des affrontements intercommunautaires.

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  • credit: Photo: Andrew Gustar
    Société

    La plus antillaise des villes anglaises

    Berceau du trip hop et du pochoiriste Banksy, Bristol est rattrapée par son passé esclavagiste. Pôle artistique majeur depuis la fin des années Thatcher, cette ville portuaire doit beaucoup à son importante communauté antillaise, en pleine réappropriation culturelle.

    • Mélissa Chemam
  • credit: Photo: Charlotte Callerot
    Société

    Bienvenue au Royaume

    Éternel chantier sous le soleil, Phnom Penh tient davantage du Far West que de la cité. La capitale cambodgienne affiche pourtant une élégance immuable, malgré les stigmates de la guerre civile et des Khmers rouges.

    • Charlotte Callerot
  • D’innombrables murales, comme celle-ci sur le Paseo de las Damas, illuminent les rues de San José.
    Société

    San José: de paradoxes et de poésie

    Quand on pardonne son cœur de béton et ses avenues engorgées, la capitale costaricaine dévoile, après des années de grisaille, une identité réinventée par l’art. Déambulation dans ses quartiers à la culture hétérogène.

    • Geneviève Tremblay
Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres