Paris, capitale du 21e siècle

Pierre-Yves Néron
Publié le :
Essai

Paris, capitale du 21e siècle

Avec la tenue des Jeux olympiques l’été prochain, Paris connaitra l’aboutissement de ses ambitions macroniennes: turbogentrification, antiécologisme et néolibéralisme à gogo.

Paris est une fête, disait Hemingway. «Mon cul», répondent les client·e·s de l’Éden, modeste café du 18e arrondissement où j’aime bien m’attabler pour lire et écrire.

L’Éden est situé près du marché de l’Olive, cœur du quartier de la Chapelle. Pris en étau entre les voies ferrées de la gare du Nord et celles de la gare de l’Est, le quartier est une sorte d’univers cosmopolite parallèle au Paris touristique. Les hommages à la Résistance y côtoient petites familles, camps de crack, nombreuses boulangeries, restos sri-lankais, migrant·e·s et vendeur·euse·s de Marlboro. Un quartier oublié par un peu tout le monde, sauf quand l’extrême droite veut brandir ses habituels épouvantails de la migration, de l’insécurité et du «grand remplacement». À mille lieues du Montmartre d’Hemingway ou du Saint-Germain-des-Prés de Sartre et de Beauvoir, ou même du 11e de Despentes. Le quartier ressemble un peu plus au Belleville de Daniel Pennac et de sa sympathique famille Malaussène, mais au fond, personne ne veut vraiment écrire sur la Chapelle. À ma connaissance, Mathieu Bock-Côté n’y a jamais été aperçu.

Le gérant de l’Éden sert une grenadine à mon fils qui lit les aventures de Marion Duval, jeune héroïne de neuf ans en quête de justice. Nous sortons de la magnifique piscine publique du quartier. On vient de nous annoncer que la température de l’eau sera à la baisse cet automne, car il faut bien se serrer la ceinture. La veille, l’école publique que fiston fréquente a annoncé la fermeture d’une classe entière, faute de moyens.

À Paris, le printemps 2023 a été politique, électrique. Le gouvernement Macron a brutalement imposé sa réforme des retraites, qui repousse de 62 à 64 ans l’âge légal de la retraite des Français·es. Pendant des semaines, les Parisien·ne·s sont sorti·e·s dans les rues, se confrontant à la réalité de la militarisation de la police française. Entre deux affrontements, on a chanté, grillé des merguez et bu des 1664 jusqu’à la place de la République. Les cortèges traditionnels, ceux composés des grands syndicats comme la CGT, ont marché aux côtés de ceux, un peu plus jeunes, centrés sur les questions de genre et manifestant à coups de «Macron! Macron! On t’encule pas, la sodomie, c’est entre ami·e·s». En France, la convergence des luttes se décline maintenant à la mode intersectionnelle.


Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  • Société

    Les noces d’or du temple du magasinage

    Le Carrefour Laval célèbrera ses 50 ans en 2024. Même si la fête de la consommation s’y poursuit, il n’est pas épargné par les questionnements sur un mode de vie et de développement de plus en plus anachronique.

  •  credit: Maurice Bellemare, 1955. BAnQ Vieux- Montréal, Fonds Gabriel Desmarais (Gaby).
    Société

    De la subjectivité du gros bon sens

    Alors que la droite s’autoproclame protectrice d’un prétendu «gros bon sens» dont la gauche aurait perdu toute notion, il est bon de se rappeler que ce n’est pas d’hier que les forces conservatrices ont recours à cette tactique.

  • Société

    Pleurer un paysage

    Le feu nous a volé bien des forêts, cette année. Mais il y a aussi toutes celles que nous continuons de nous dérober à nous-mêmes, sous des impératifs de «développement». Comment dire ce deuil, ce gâchis immense?

  •  credit: Illustration: Elisabeth Cardin
    Société

    Journal d’une restauratrice à la retraite

    Comment aspirer au bonheur si nos jours entrent en totale contradiction avec nos valeurs? À l’image de Denis de Rougemont dans «Journal d’un intellectuel en chômage» (1937), notre collaboratrice, qui a annoncé la fermeture officielle du restaurant montréalais Manitoba à l’automne 2021, relate son nouveau quotidien à la campagne, loin du stress de la ville et de la restauration.

Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres