Contenu commandité

Quatre raisons de s’inscrire au Marathon d’écriture intercollégial

 credit: Photo: Gilbert Forest
Photo: Gilbert Forest
Publié le :
Présenté par
Réseau intercollégial des activités socioculturelles du Québec (RIASQ)

Quatre raisons de s’inscrire au Marathon d’écriture intercollégial

Écrire pendant 24 heures sans interruption, avec un crayon et beaucoup de café comme seules armes. Voilà le défi que relèveront une centaine d’élèves du cégep dans ce blitz de création qui aura simultanément lieu à Rimouski, à Montréal et à Québec entre le 3 et le 4 novembre.

C’est un évènement littéraire hors-norme parce qu’il flirte avec le concept des sports extrêmes. Fondé en 1991 par les membres du journal étudiant du Cégep André-Laurendeau, à Montréal, le Marathon d’écriture intercollégial s’impose en quelque sorte comme l’antithèse de l’épreuve uniforme de français.  

Les participant·e·s y créent en toute liberté, sans contrainte et dans la forme d’écriture qui les fait vibrer, que ce soit le rap, la fiction, l’humour ou la poésie. Tous les styles sont les bienvenus dans ce vaste laboratoire visant à booster la créativité de ceux et celles qui se prêtent au jeu, mais aussi à diffuser leur travail. Au terme de l’exercice, les Services d’édition Guy Connolly publient un recueil comprenant un texte de chaque étudiant·e participant·e.  

Le thème de cette année, «Enquête inachevée», réjouira forcément les amateur·trice·s de polars. Au-delà des romans policiers, ce sujet renvoie au processus d’écriture en tant que tel. Écrire, c’est toujours un peu mener une enquête à l’intérieur de soi.

Les étudiant·e·s de tous les cégeps du Québec peuvent participer, peu importe leur lieu de résidence, et grâce aux options de transport qui sont mises à leur disposition par leur établissement scolaire respectif. 

Voici pourquoi tu devrais prendre rendez-vous avec ton ou ta responsable de la vie étudiante pour t’inscrire, toi aussi, avant le 13 octobre.



Vivre une expérience humaine incroyable

Normalement, l’écriture est une activité solitaire. On est seul·e face à un calepin ou à l’ordinateur, prisonnier·ère de notre propre silence, avec nos pensées, nos idées et nos souvenirs pour seules sources d’inspiration. Ça peut donner le vertige, surtout après l’isolement forcé par le confinement pendant la pandémie. 

Mais le Marathon d’écriture intercollégial rompt avec ce traumatisme et brise un paradigme en juxtaposant l’exercice de rédaction à des rencontres, étanchant ainsi notre soif de rapports humains. C’est un prétexte pour se lier d’amitié avec des personnes qui partagent notre passion et qui viennent des quatre coins du Québec.


  •  credit: Photo: Gilbert Forest
    Photo: Gilbert Forest

Dépasser ses limites

Le Marathon d’écriture intercollégial a lieu dans trois institutions collégiales différentes: au Cégep André-Laurendeau de Montréal, au Cégep Garneau de Québec et au Cégep de Rimouski. Partout, la course commence à 13h30 le vendredi pour se terminer à la même heure le samedi. Autant dire que l’activité porte bien son nom.

Le défi est d’autant plus grand qu’il doit se réaliser à jeun. Contexte scolaire oblige, la consommation d’alcool et de drogues n’est pas tolérée, ce qui pousse les participant·e·s à transcender la fatigue par la force de leur esprit. C’est un mal pour un bien: forcément, les textes qui en sortent sont bien meilleurs et surtout plus cohérents que tout ce qu’on aurait pu écrire sous influence.

«Le Marathon d’écriture est un évènement formidable qui m’a permis de me dépasser tout en rencontrant des gens extraordinaires, en plus de développer des notions dans un domaine que j’adore: l’écriture!» résume l’ancien participant et étudiant Charles-David Desrochers.



Courir la chance de gagner des prix

Au-delà des liens qu’on y tisse et des notions d’écriture qu’on y acquiert, cette activité panquébécoise réserve un créneau à  une compétition de fort calibre. Dans l’horaire, deux heures sont vouées à la production d’un texte en prose qui sera évalué par un jury prestigieux, composé de personnalités telles que le conseiller linguistique de Radio-Canada, Guy Bertrand, et l’éditrice de la maison XYZ, Myriam Caron Belzile.

C’est ce comité de professionnel·le·s trié·e·s sur le volet qui décidera du texte gagnant de la 33e édition. Par ailleurs, l’auteur ou l’autrice primé·e verra ses mots publiés dans les pages de Nouveau Projet 26

Des tirages sont aussi organisés. Des licences des logiciels Antidote et Tap’Touche seront ainsi remises par Druide aux auteur·trice·s des meilleurs textes du concours littéraire, en plus de piles de livres neufs offerts par des librairies partenaires. 



Apprendre d’auteur·trice·s chevronné·e·s

Au fil des ans, de grandes plumes se sont succédé à titre de président·e·s d’honneur du Marathon d’écriture intercollégial. Parmi elles: Evelyne de la Chenelière, Nelly Arcan, Georges-Hébert Germain, Claude Meunier, Stanley Péan et Janette Bertrand. 

  •  credit: Photo: Gilbert Forest
    Photo: Gilbert Forest

Cette année, l’honneur revient au dramaturge Michel Marc Bouchard, à qui l’on doit notamment Les feluettes, Tom à la ferme (adapté au cinéma par Xavier Dolan), Les muses orphelines et bien d’autres œuvres théâtrales marquantes.

Des ateliers de perfectionnement ont également lieu pendant l’évènement grâce à la participation de l’UNEQ et du gouvernement du Québec. En novembre, ces courts séminaires seront animés par le rappeur Greg Beaudin (membre des Dead Obies), la romancière Myriam Vincent, l’humoriste Jérémie Larouche, les autrices Annie Laurin et Michèle Ouellette (du balado Captives) et l’essayiste Camille Toffoli—qui a également cofondé la librairie L’Euguélionne, à Montréal.

Le plan de match

Question de ne pas avoir l’impression de plonger dans l’inconnu, voici ce qui attend ceux et celles qui participeront au 33e Marathon d’écriture intercollégial.


13h45: Écriture libre

14h30: Pause

14h45: Atelier sur l’écriture dramaturgique avec Michel Marc Bouchard

16h: Pause

16h15: Concours littéraire (première partie)

17h30: Souper

18h15: Concours littéraire (deuxième partie)

19h15: Pause

19h30: Atelier sur le suspense avec Myriam Vincent 

21h: Pause

21h15: Atelier sur la parodie avec Jérémie Larouche 

22h45: Pause

23h: Écriture libre

0h: Atelier sur le rap avec Greg Beaudin 

1h30: Pause

1h45: Le courrier du temps

3h: Pause

3h30: Atelier surprise

5h: Yoga et douches

6h15: Écriture libre

7h: Déjeuner

8h: Atelier sur les baladodiffusions avec l’équipe de Captives 

9h30: Pause

9h45: Écriture libre

10h30: Pause

11h: Atelier sur les essais littéraires avec Camille Toffoli 

13h: Annonce des textes gagnants


Le Réseau intercollégial des activités socioculturelles du Québec (RIASQ) est une corporation à but non lucratif, créée en 1995, qui œuvre au développement d’activités éducatives de loisir culturel pour les étudiants·e·s du milieu collégial. Affilié à la Fédération des cégeps, le RIASQ regroupe la grande majorité des services d’animation culturelle des collèges, centres d’études ou campus du Québec, publics et privés. 

Texte commandé par le Réseau intercollégial des activités socioculturelles du Québec (RIASQ) et réalisé par le Studio A10 dans le respect de ses lignes directrices.

Pour consulter les autres articles collaboratifs: atelier10.ca/nouveauprojet/type/partenaire

Continuez sur ce sujet

  •  credit: Photo: Spa Bolton
    Contenu commandité

    Cinq activités hivernales pour décrocher

    Magog, Austin, Orford, Bolton-Est, Eastman, North Hatley… La région de Memphrémagog regorge de villages au charme indéniable où il fait bon se poser et se reposer. Tour d’horizon de diverses activités pour partir à la découverte des lieux pendant la saison froide.

  • Contenu commandité

    Faire sa part

    Selon «National Geographic», huit millions de tonnes de plastique sont déversées dans les océans chaque année et on estime qu’en 2050, toutes les espèces animales de la planète en auront ingéré. Une entreprise québécoise vient de lancer une ligne de soins du visage et de maquillage aux emballages biodégradables.

  •  credit: Photo: «Sucré seize», par Alexa-Jeanne Dubé
    Contenu commandité

    Six cinéastes qui font bouger les choses

    La 29e édition du FESTIVAL CINEMANIA se tiendra à Montréal du 1er au 12 novembre prochain. Une occasion d’élargir ses horizons, grâce au travail de réalisateur·trice·s qui impressionnent par la modernité de leur propos.

  • Contenu commandité

    Comment organiser un festival de son temps?

    La 12e édition du Festival de cinéma de la ville de Québec (FCVQ) aura lieu du 13 au 17 septembre 2023. En plus de proposer leur programmation la plus ambitieuse depuis le début de la pandémie, les organisateur·trice·s s’engagent à participer, de manière oblique, par le biais du cinéma, aux conversations de notre époque.

Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres