Samuel Cantin: le fils illégitime du magazine «Croc»

Catherine Genest
credit: Photo: Courtoisie Samuel Cantin
Photo: Courtoisie Samuel Cantin
Publié le : lundi 27 juin 2022
Entrevue

Samuel Cantin: le fils illégitime du magazine «Croc»

Dostoïevski, Réal Godbout et Pierre Fournier, Sylvain Pastrami. On entre dans l’univers du bédéiste Samuel Cantin, révélé au grand public avec sa trilogie intitulée Whitehorse

Dans Nouveau Projet 21, tu signes une bande dessinée dont la première planche recrée les interfaces des applications de rencontre comme Tinder ou Bumble. Comment te décrirais-tu si tu devais te créer un profil sur l’une de ces plateformes?

Ça fait 10 ans que je suis en couple et je pense que Tinder n’existait pas vraiment, du temps où j’étais célibataire. Ma réponse va être plate, mais je pense que je ne me ferais probablement pas de compte Tinder, même si je redevenais célibataire. J’aime trop rencontrer les filles dans les endroits habituels: les allées de quilles et les animaleries. 

Mais si, mettons, je devais répondre pour vrai, je te dirais que j’écrirais probablement des blagues niaiseuses dans ma description, question de disqualifier instantanément tout un tas de gens. C’est très basic de ma part, mais malheureusement, le sens de l’humour est un critère important pour moi aussi… Je n’échappe pas à ce cliché. Je n’ai pas besoin de tout le temps être en train de me faire raconter des blagues et je peux aussi être sérieux, mais ma conception du monde est grandement liée à l’humour, et ça m’aide beaucoup à affronter cette fameuse «absurdité de la vie» dont on parle sans cesse dans les livres. Je créerais donc un profil stupide et celles qui le trouveraient stupide pour vrai ne pourraient jamais espérer sortir avec moi et ensuite découvrir ma profondeur (hypothétique), ce serait comme un piège.


Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  • credit: Photo: Guillaume Boucher
    Société

    «Projet Polytechnique»: affronter la haine

    À l’automne 2023, le Projet Polytechnique, écrit par Jean-Marc Dalphond et Marie-Joanne Boucher, sera présenté à Montréal. Cette œuvre de théâtre documentaire qui plonge dans la mémoire collective de l’attentat de 1989 pour interroger la violence à l’égard des femmes en 2022 sera publiée en même temps dans la collection de théâtre d’Atelier 10.

    • Maud Brougère
    • Catherine Genest
  • credit: Photo: Marie-Ève Rompré
    Art de vivre

    Véronique Grenier: écrire pour apaiser

    Réfléchir à la fatigue, c’est d’abord et avant tout chercher à la circonscrire. C’est la tâche à laquelle Véronique Grenier s’est attelée pour pondre notre Document 22. Un ouvrage étonnant où se côtoient Kant et Rihanna.

    • Julie Francoeur
  • credit: Photo: Janice Lawandi
    Société

    Toula Drimonis: créer des ponts entre les deux solitudes

    Elle est d’origine grecque, elle écrit ses articles en anglais, elle adore lire des romans en français. Mais surtout, Toula Drimonis est Québécoise. Et avec son essai fraichement paru, intitulé We, The Others, la journaliste montréalaise s’évertue à réconcilier toutes les facettes de son identité culturelle.

    • Catherine Genest
  • credit: Photo: Marjorie Guindon, assistée d'Audrey Belval Coiffure et maquillage: Celica Sea
    Société

    Amitié, nom féminin

    Melyssa Elmer aime faire rayonner les artistes de la relève. Mais elle est aussi la grande amie de notre collaboratrice Safia Nolin. Une amitié qui leur donne la force de résistance nécessaire, et la foi, pour rester debout. Envers et contre tou·te·s.

    • Safia Nolin
Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres