Sortir de nos cubicules pour être plus heureux au travail

Marie-Claude Élie-Morin
credit: Photo: Katrina Ohstrom
Photo: Katrina Ohstrom
Publié le :
Mode d'emploi

Sortir de nos cubicules pour être plus heureux au travail

Si vous avez déjà œuvré dans un bureau, il y a fort à parier que votre espace de travail se trouvait dans un cubicule, comme c’est le cas pour la majorité des Nord-Américains. Le journaliste new-yorkais Nikil Saval retrace les origines de ce symbole moderne dans «Cubed: A Secret History of the Workplace». Il propose cinq façons d’en sortir.

Dans Cubed, Nikil Saval raconte comment le cubicule, imaginé dans les années 1960 par le prolifique inventeur Robert Propst, était au départ une structure à trois cloisons mobiles, permettant de travailler debout, assis, seul ou à plusieurs. Propst l’avait même nommé le «bureau en action». Il était destiné à libérer des abrutissantes chaines de montage les travailleurs de la nouvelle «économie du savoir». Ironie du sort, le cubicule est plutôt devenu le symbole par excellence de l’aliénation au travail. Plusieurs entreprises ont en effet copié et perverti le concept de Propst—très peu couteux à produire et à installer—pour créer à travers l’Occident de vastes étendues d’enclos gris où la classe moyenne écoule ses jours de 9 à 5, cordée en rangs d’oignons comme dans un parc d’engraissement. 

Les désagréments de ce type d’environnement de travail sont bien connus et font même l’objet d’un certain culte ironique, comme en témoignent la bd Dilbert ou le film Office Space. Un sondage mené en 1997 par le fabricant de mobilier de bureau Steelcase révélait que 93% des personnes travaillant dans un cubicule préfèreraient un espace différent. En 2013, une autre recherche démontrait qu’elles étaient de loin les plus malheureuses au boulot.

Sous l’influence de Silicon Valley et avec l’émergence d’une culture du travail plus décontractée, l’aire ouverte a maintenant la cote. C’est pourtant loin d’être une panacée. En effet, des recherches récentes prouvent que l’absence d’intimité et le bruit dans les aires ouvertes sont des irritants importants. Certains travailleurs ont d’ailleurs pris l’habitude de s’affubler d’écouteurs et s’ennuieraient même un peu des murs de leur cubicule, c’est dire!

Nouveau Projet a donc demandé à Nikil Saval (collaborateur au magazine n+1, entre autres) de définir sa vision du bureau idéal. Comment pouvons-nous être plus heureux au boulot? Sa réponse, en cinq points.



Réfléchir à notre conception du travail

Notre hantise du cubicule révèle en fait notre frustration devant les mécanismes de contrôle et l’absence de liberté que nous subissons au boulot, dans des environnements où la performance importe plus que tout. Les cubicules en eux-mêmes ne rendent pas les gens malheureux; certains travailleurs apprécient leur quotidien entre trois murets simplement parce qu’ils aiment ce qu’ils font et qu’ils se sentent valorisés par leur gagne-pain.


Éviter d’imposer des modèles pour des raisons idéologiques 

Au cours des dernières décennies, plusieurs initiatives visant à repenser l’espace de travail ont lamentablement échoué, car on les a imposées de manière autocratique. Jay Chiat, fondateur de la célèbre agence de publicité américaine tbwa\Chiat\Day, a par exemple décrété en 1993 que la notion même de bureau personnel serait abolie. Fatigué des manigances de son personnel, qui convoitait certains bureaux fermés, Chiat voulait «-dé-territorialiser» l’espace. Chaque employé s’est vu remettre un téléphone et un ordinateur portables, et était libre de travailler n’importe où, en solo ou en équipe. En l’absence d’espace de rangement personnel, les employés se sont toutefois mis à entasser de la paperasse dans des casiers ou dans le coffre de leur voiture! Un échec total. Quand il est devenu maire de New York, Michael Bloomberg a lui aussi décidé que son équipe travaillerait dans un bullpen, une vaste aire ouverte cacophonique ressemblant au parquet de la Bourse, milieu dont il était issu. Ce genre d’aménagement sert davantage l’égo et l’idéologie d’un patron que les besoins réels des employés.

Publicité

En finir avec la tyrannie de la collaboration

Plusieurs entreprises demandent aujourd’hui à des designeurs d’aménager des bureaux à aire ouverte ou dotés de cubicules modernisés, pour favoriser la collaboration entre collègues. Or, le terme collaboration est devenu un buzzword insupportable, qui ne traduit pas du tout la réalité quotidienne du travail. Ce n’est pas vrai que les employés sont toujours en interaction. Au jour le jour, la plupart d’entre eux ont surtout besoin de moments où ils pourront se concentrer sans subir d’interruptions ou de distractions. De plus, si les aires ouvertes sont souvent présentées comme étant moins hiérarchiques, on constate que le pouvoir s’y immisce en fait très rapidement. Les cadres supérieurs bénéficieront par exemple d’espaces plus spacieux ou mieux isolés.


Cultiver un design participatif

À l’époque où les cubicules connaissaient leur âge d’or en Amérique, dans les années 1970 et 80, on observait la tendance inverse en Europe. Sous l’influence des groupes de travail autogérés, de plus en plus d’entreprises se dotaient de bureaux privés pour tous, qui jouxtaient des espaces de travail communs pour les rencontres. Encore aujourd’hui, c’est souvent ce type d’aménagement que les travailleurs préfèrent, quand ils ont leur mot à dire.


Abattre les murs

Le marché du travail est de plus en plus précaire, ce qui donne lieu à une augmentation du nombre de travailleurs indépendants et contractuels. Certains le sont par choix, d’autres y sont contraints parce qu’ils ne trouvent pas d’emploi permanent. La main d’œuvre tend donc à se disperser à l’extérieur des immeubles à bureaux, pour s’installer dans des espaces de cotravail loués à plusieurs, des cafés, des bibliothèques, etc. Certaines entreprises—Google étant la plus célèbre—cherchent même à recréer ces environnements de travail informels en favorisant des aménagements flexibles, composés de plusieurs zones (café, salon, salles de réunion, capsules privées). D’autres espèrent plutôt réduire leurs couts en encourageant leurs salariés à travailler à l’extérieur. Chose certaine, qu’ils soient à leur compte ou non, les travailleurs d’aujourd’hui ont un grand désir d’autonomie, et les nouveaux espaces de travail devront respecter cette donne. ●


Marie-Claude Élie-Morin est journaliste indépendante et travaille également comme recherchiste pour des projets documentaires télévisés. Elle s’intéresse à l’humain en général et à tout ce qu’il fabrique, invente, mange, pense et dit.

Continuez sur ce sujet

Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres