Toula Drimonis: créer des ponts entre les deux solitudes

Catherine Genest
 credit: Photo: Janice Lawandi
Photo: Janice Lawandi
Publié le :
L’entrevue

Toula Drimonis: créer des ponts entre les deux solitudes

Elle est d’origine grecque, elle écrit ses articles en anglais, elle adore lire des romans en français. Mais surtout, Toula Drimonis est Québécoise. Et avec son essai fraichement traduit, intitulé Nous, les autres, la journaliste montréalaise s’évertue à réconcilier toutes les facettes de son identité culturelle.

Toula Drimonis

Ton père illustre la page couverture, et c’est vraiment l’âme de ce livre. Il est décédé aujourd’hui, mais que penses-tu qu’il t’aurait dit s’il avait pu tenir cet ouvrage entre ses mains?

Je pense qu’il serait très fier et ému de se voir en couverture du livre et de constater que je suis devenu autrice… même s’il aurait préféré que je devienne avocate! (Rires)


We, The Others sort à un moment où il est énormément question d’immigration. C’est vraiment un sujet phare de la campagne électorale provinciale qui a cours en ce moment. Mais pourquoi cet enjeu divise-t-il autant, selon toi?

Comme on dit en anglais, c’est un «easy button to push». C’est facile de rallier les électeur·trice·s à la peur de l’autre qui met supposément en danger notre mode de vie, notre langue et notre culture. L’insécurité linguistique et culturelle des Québécois·es est réelle et facile à exploiter. Les gens vont naturellement protéger ce qu’ils aiment. Les gens ont peur que les nouveaux·elles arrivant·e·s ne s’adaptent pas, qu’ils et elles n’apprennent pas la langue—même si tellement d’immigrant·e·s leur prouvent le contraire depuis des décennies. Dire aux citoyen·ne·s que vous les protègerez de ce «danger» est un moyen facile d’obtenir des votes. Et la plupart de ces peurs sont basées sur la désinformation ou l’exagération de faits anecdotiques. Nous sommes entouré·e·s d’immigrant·e·s, qui contribuent énormément au Québec chaque jour. 

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  •  credit: Photo: Steven Peng
    Culture

    Léa Stréliski: l’humoriste posée

    On la reconnait à son accent sis quelque part entre le Québec et la France, à ses prises de position parfois risquées, mais toujours livrées avec un calme désarmant, sur un ton mi-figue mi-raisin, sans malveillance aucune. Entrevue avec Léa Stréliski, collaboratrice de «Nouveau Projet 25».

  •  credit: Photo: Hashim Badani
    Société

    Frédérick Lavoie: le journaliste qui écrit comme un romancier

    Comme reporter, le québécois Frédérick Lavoie nage dans un couloir à part. Il se démarque de ses collègues grâce à sa plume soignée et sensible, sans jamais verser dans la mièvrerie pour autant.

  •  credit: Photo: Drowster
    Société

    Au ras du sol

    En 2019, l’agronome Louis Robert se faisait montrer la porte du ministère de ­l’Agriculture pour avoir dénoncé l’ingérence du secteur privé dans la recherche publique sur les pesticides. Marc Séguin—artiste et auteur, mais aussi réalisateur du documentaire La ferme et son État—l’a rencontré pour discuter de l’urgence de préserver nos sols.

  •  credit: Photo: Jean-Daniel Richard
    Culture

    Marie-Sissi Labrèche: la rockeuse devenue maman hélicoptère

    Elle a déménagé dans un autre décor, troquant les ruelles de la ville pour les piscines hors terre de la banlieue. Mais au fond, l’écrivaine n’a pas changé. Dans ses écrits comme dans la vie, c’est toujours son hypersensibilité qui la guide, qui la nourrit. Entretien avec l’autrice de la fiction de Nouveau Projet 24.

Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres