Toula Drimonis: créer des ponts entre les deux solitudes

Catherine Genest
credit: Photo: Janice Lawandi
Photo: Janice Lawandi
Publié le : mercredi 28 septembre 2022
Entrevue

Toula Drimonis: créer des ponts entre les deux solitudes

Elle est d’origine grecque, elle écrit ses articles en anglais, elle adore lire des romans en français. Mais surtout, Toula Drimonis est Québécoise. Et avec son essai fraichement paru, intitulé We, The Others, la journaliste montréalaise s’évertue à réconcilier toutes les facettes de son identité culturelle.

Toula Drimonis

Ton père illustre la page couverture, et c’est vraiment l’âme de ce livre. Il est décédé aujourd’hui, mais que penses-tu qu’il t’aurait dit s’il avait pu tenir cet ouvrage entre ses mains?

Je pense qu’il serait très fier et ému de se voir en couverture du livre et de constater que je suis devenu autrice… même s’il aurait préféré que je devienne avocate! (Rires)


We, The Others sort à un moment où il est énormément question d’immigration. C’est vraiment un sujet phare de la campagne électorale provinciale qui a cours en ce moment. Mais pourquoi cet enjeu divise-t-il autant, selon toi?

Comme on dit en anglais, c’est un «easy button to push». C’est facile de rallier les électeur·trice·s à la peur de l’autre qui met supposément en danger notre mode de vie, notre langue et notre culture. L’insécurité linguistique et culturelle des Québécois·es est réelle et facile à exploiter. Les gens vont naturellement protéger ce qu’ils aiment. Les gens ont peur que les nouveaux·elles arrivant·e·s ne s’adaptent pas, qu’ils et elles n’apprennent pas la langue—même si tellement d’immigrant·e·s leur prouvent le contraire depuis des décennies. Dire aux citoyen·ne·s que vous les protègerez de ce «danger» est un moyen facile d’obtenir des votes. Et la plupart de ces peurs sont basées sur la désinformation ou l’exagération de faits anecdotiques. Nous sommes entouré·e·s d’immigrant·e·s, qui contribuent énormément au Québec chaque jour. 

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  • credit: Photo: Marie-Ève Rompré
    Art de vivre

    Véronique Grenier: écrire pour apaiser

    Réfléchir à la fatigue, c’est d’abord et avant tout chercher à la circonscrire. C’est la tâche à laquelle Véronique Grenier s’est attelée pour pondre notre Document 22. Un ouvrage étonnant où se côtoient Kant et Rihanna.

    • Julie Francoeur
  • credit: Photo: Marjorie Guindon, assistée d'Audrey Belval Coiffure et maquillage: Celica Sea
    Société

    Amitié, nom féminin

    Melyssa Elmer aime faire rayonner les artistes de la relève. Mais elle est aussi la grande amie de notre collaboratrice Safia Nolin. Une amitié qui leur donne la force de résistance nécessaire, et la foi, pour rester debout. Envers et contre tou·te·s.

    • Safia Nolin
  • credit: Photo: Marie-Mike
    Culture

    Calamine: «woke» tant qu’il le faudra

    «Lesbienne woke sur l’autotune», c’est une insulte que Calamine (née Julie Gagnon) a essuyée sur les réseaux sociaux, mais aussi le titre de son album qui sort ce 8 juillet. Une collection de chansons où jazz, R&B et Alain Deneault font bon ménage.

    • Catherine Genest
  • credit: Photo: Courtoisie Samuel Cantin
    Culture

    Samuel Cantin: le fils illégitime du magazine «Croc»

    Dostoïevski, Réal Godbout et Pierre Fournier, Sylvain Pastrami. On entre dans l’univers du bédéiste Samuel Cantin, révélé au grand public avec sa trilogie intitulée Whitehorse.

    • Catherine Genest
Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres