Trop c'est comme pas assez: à propos de l'hypervisibilité des communautés queer à la télé

Joëlle Rouleau
Photo: Pavel Danilyuk
Publié le :
Idées

Trop c'est comme pas assez: à propos de l'hypervisibilité des communautés queer à la télé

Joëlle Rouleau, qui a dirigé l’essai Télévision queer, s’interroge sur l’omniprésence des personnages LGBTQ+ sur nos écrans.

J’aime concevoir le queer comme une substance informe et gélatineuse, qu’on ne peut contenir ou contrôler. Pour moi, le queer représente une viscosité qui s’infiltre dans tout et partout, une chose à la fois dégueulasse et amusante, un goo1Goo est entendu ici comme de la glue, quelque chose de gluant, de la boue. Bref, ce goo est une matière informe, gélatineuse, répugnante et amusante à la fois. qui résume le caractère collant, glissant des frontières, l’ambigüité et la tension qui composent le queer en tant que culture, genre, identité, politique et théorie.

En tant que spécialiste des études culturelles, je considère qu’il est antithétique de chercher à intégrer la culture queer dans une conceptualisation prédéterminée. Pourquoi, en effet, essayer de cerner et de retenir le goo? Je préfère largement utiliser l'expression «sensibilités queer2Voir les ouvrages de Lorena Muñoz (2010) et Catherine J. Nash (2010).» pour décrire ce que je veux dire lorsque je parle de queerness ou d’état queer. Cela offre une conception plus vaste et mouvante des cultures queer, et souligne la nécessité de ne pas catégoriser ce qui est ou n’est pas queer, ce qui appartient ou n’appartient pas au goo. 

De façon générale, j’hésite à me demander si une représentation médiatique est fidèle ou non à une catégorie identitaire précise — une question pourtant si chère à mes étudiant·e·s, aux journalistes qui me contactent et aux ami·e·s et parents qui discutent de la forte augmentation des représentations LGBTQ+ à la télévision.


Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  • Société

    Au pied d’un monument contesté

    Il donne son nom à un jour férié et à une municipalité de l’agglomération de Montréal, mais que sait-on véritablement sur Dollard des Ormeaux? Dans son essai paru aux éditions du Boréal, l’historien Patrice Groulx déboulonne le mythe de ce personnage historique, un martyr pour plusieurs, qui a longtemps été vénéré au Québec.

  • Société

    Ce qui menace réellement notre cohésion

    Nommez un pays ou une province, accolez-y la formulation «plus divisé que jamais» et vous obtiendrez l’un des titres en vogue dans les grands quotidiens québécois. À l’heure où la polarisation inquiète, la classe médiatique attaque-t-elle la mauvaise cible en parlant de clivage gauche-droite?

  • Famille de Jean-Baptiste Hervieux à Pessamit, 1942
    Société

    Tant que l’eau nous submergera

    Près de sept décennies après l’inauguration des centrales Bersimis-1 et Bersimis-2, Hydro-Québec a signé une «entente historique» avec la cheffe de Pessamit, Marielle Vachon. Un exemple concret de réconciliation?

  • Société

    Faire un enfant entre ami·e·s

    Dans «Ports d’attache», essai paru chez Québec Amérique, Karine Côté-Andreetti s’intéresse (notamment) à ces célibataires qui décident de fonder une famille d’un genre nouveau. À en croire ces adelphes de cœur, l’amour et la tendresse platonique sont un terreau fertile pour élever un enfant.

Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres