Véronique Grenier: écrire pour apaiser

Julie Francoeur
credit: Photo: Marie-Ève Rompré
Photo: Marie-Ève Rompré
Publié le : vendredi 11 novembre 2022
Entrevue

Véronique Grenier: écrire pour apaiser

Réfléchir à la fatigue, c’est d’abord et avant tout chercher à la circonscrire. C’est la tâche à laquelle Véronique Grenier s’est attelée pour pondre notre Document 22. Un ouvrage étonnant où se côtoient Kant et Rihanna.

Véronique Grenier

Pourquoi la fatigue?

Lorsque Nicolas m’a demandé si je voulais collaborer à la collection et, si oui, quels sujets m’inspiraient, c’est le premier mot qui m’est venu à l’esprit: la fatigue. Probablement parce que c’est un état que je connais bien, depuis longtemps, et dans ses multiples formes. J’ai eu l’impression que je pouvais me commettre à essayer de la réfléchir, à ma mesure. J’ai aussi eu cet espoir que certaines personnes se retrouveraient dans mes mots, que je ferais le tour de leur fatigue à elles, que ça deviendrait «notre» fatigue, un poids réparti sur quelques épaules. 


On te connait surtout pour ton récit Hiroshimoi (2016), pour tes recueils de poésie Chenous (2017) et Carnet de parc (2019), aux Éditions de Ta Mère et pour Colle-moi (2020) à la Courte échelle. À boutte est ton premier essai. Comment as-tu abordé l’écriture de ce livre?

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  • credit: Photo: Guillaume Boucher
    Société

    «Projet Polytechnique»: affronter la haine

    À l’automne 2023, le Projet Polytechnique, écrit par Jean-Marc Dalphond et Marie-Joanne Boucher, sera présenté à Montréal. Cette œuvre de théâtre documentaire qui plonge dans la mémoire collective de l’attentat de 1989 pour interroger la violence à l’égard des femmes en 2022 sera publiée en même temps dans la collection de théâtre d’Atelier 10.

    • Maud Brougère
    • Catherine Genest
  • credit: Photo: Janice Lawandi
    Société

    Toula Drimonis: créer des ponts entre les deux solitudes

    Elle est d’origine grecque, elle écrit ses articles en anglais, elle adore lire des romans en français. Mais surtout, Toula Drimonis est Québécoise. Et avec son essai fraichement paru, intitulé We, The Others, la journaliste montréalaise s’évertue à réconcilier toutes les facettes de son identité culturelle.

    • Catherine Genest
  • credit: Photo: Marjorie Guindon, assistée d'Audrey Belval Coiffure et maquillage: Celica Sea
    Société

    Amitié, nom féminin

    Melyssa Elmer aime faire rayonner les artistes de la relève. Mais elle est aussi la grande amie de notre collaboratrice Safia Nolin. Une amitié qui leur donne la force de résistance nécessaire, et la foi, pour rester debout. Envers et contre tou·te·s.

    • Safia Nolin
  • credit: Photo: Marie-Mike
    Culture

    Calamine: «woke» tant qu’il le faudra

    «Lesbienne woke sur l’autotune», c’est une insulte que Calamine (née Julie Gagnon) a essuyée sur les réseaux sociaux, mais aussi le titre de son album qui sort ce 8 juillet. Une collection de chansons où jazz, R&B et Alain Deneault font bon ménage.

    • Catherine Genest
Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres