Véronique Grenier: écrire pour apaiser

Julie Francoeur
 credit: Photo: Marie-Ève Rompré
Photo: Marie-Ève Rompré
Publié le :
L’entrevue

Véronique Grenier: écrire pour apaiser

Réfléchir à la fatigue, c’est d’abord et avant tout chercher à la circonscrire. C’est la tâche à laquelle Véronique Grenier s’est attelée pour pondre notre Document 22. Un ouvrage étonnant où se côtoient Kant et Rihanna.

Véronique Grenier

Pourquoi la fatigue?

Lorsque Nicolas m’a demandé si je voulais collaborer à la collection et, si oui, quels sujets m’inspiraient, c’est le premier mot qui m’est venu à l’esprit: la fatigue. Probablement parce que c’est un état que je connais bien, depuis longtemps, et dans ses multiples formes. J’ai eu l’impression que je pouvais me commettre à essayer de la réfléchir, à ma mesure. J’ai aussi eu cet espoir que certaines personnes se retrouveraient dans mes mots, que je ferais le tour de leur fatigue à elles, que ça deviendrait «notre» fatigue, un poids réparti sur quelques épaules. 


On te connait surtout pour ton récit Hiroshimoi (2016), pour tes recueils de poésie Chenous (2017) et Carnet de parc (2019), aux Éditions de Ta Mère et pour Colle-moi (2020) à la Courte échelle. À boutte est ton premier essai. Comment as-tu abordé l’écriture de ce livre?

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  •  credit: Photo: Radio-Canada
    Culture

    Christine Beaulieu: la dramaturge engagée

    «J’aime Hydro», depuis sa parution chez Atelier 10, a été vendu à plus de 20 000 exemplaires. Qu’est-ce qui explique le succès retentissant de cette pièce documentaire?

  •  credit: Photo: Steven Peng
    Culture

    Léa Stréliski: l’humoriste posée

    On la reconnait à son accent sis quelque part entre le Québec et la France, à ses prises de position parfois risquées, mais toujours livrées avec un calme désarmant, sur un ton mi-figue mi-raisin, sans malveillance aucune. Entrevue avec Léa Stréliski, collaboratrice de «Nouveau Projet 25».

  •  credit: Photo: Hashim Badani
    Société

    Frédérick Lavoie: le journaliste qui écrit comme un romancier

    Comme reporter, le québécois Frédérick Lavoie nage dans un couloir à part. Il se démarque de ses collègues grâce à sa plume soignée et sensible, sans jamais verser dans la mièvrerie pour autant.

  •  credit: Photo: Drowster
    Société

    Au ras du sol

    En 2019, l’agronome Louis Robert se faisait montrer la porte du ministère de ­l’Agriculture pour avoir dénoncé l’ingérence du secteur privé dans la recherche publique sur les pesticides. Marc Séguin—artiste et auteur, mais aussi réalisateur du documentaire La ferme et son État—l’a rencontré pour discuter de l’urgence de préserver nos sols.

Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres