Amitié, nom féminin

Safia Nolin
credit: Photo: Marjorie Guindon, assistée d'Audrey Belval Coiffure et maquillage: Celica Sea
Photo: Marjorie Guindon, assistée d'Audrey Belval Coiffure et maquillage: Celica Sea
Publié le : jeudi 25 août 2022
Entrevue

Amitié, nom féminin

Melyssa Elmer aime faire rayonner les artistes de la relève. Mais elle est aussi la grande amie de notre collaboratrice Safia Nolin. Une amitié qui leur donne la force de résistance nécessaire, et la foi, pour rester debout. Envers et contre tou·te·s.

Considéré dans ce texte

Une relation qui donne de la lumière. Les émotions sombres et les graffitis haineux. Les soins palliatifs. Les road trips, les gars toxiques et la maternité.

Melyssa Elmer, je l’ai rencontrée à un show de DJ Champion le 28 février 2014. Je venais tout juste de débarquer à Montréal, un mois auparavant, et j’habitais avec mon ami Marc Lab sur Moreau, dans Hochelaga. Dans ce temps-là, j’étais un peu sotte. J’avais pas une cenne, pas de carte d’assurance maladie, je fumais des clopes pis des joints comme une cheminée, j’avais les yeux remplis de rêves, et la gorge nouée par la soif de découvrir le monde. Faut comprendre que j’arrivais de Saint-Ferréol, où j’habitais avec ma sœur, ma mère, nos deux chiens et nos quatre chats. J’étais toute pétée, physiquement et émotionnellement.

Je sortais d’une pénombre sociale qui avait duré pas mal toute ma vie. J’avais en poche un contrat de disque tout frais, ce qui, pour moi à l’époque, valait de l’or. Bonsound m’invitait à aller voir les spectacles que je voulais, j’étais curieuse comme un enfant de quatre ans dans l’aire de jeux de McDonald’s, je disais oui tout le temps. C’est ce qui m’a amenée à me rendre à l’église Saint-Jean-Baptiste cette soirée-là de février.

Depuis, chaque année, Mel m’envoie un petit message vocal sur Messenger pour me souhaiter «bonne fête d’amitié». Comme une ado. C’est de même que je me suis dit que j’allais l’approcher, au mois de mai dernier…


Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  • credit: Photo: Janice Lawandi
    Société

    Toula Drimonis: créer des ponts entre les deux solitudes

    Elle est d’origine grecque, elle écrit ses articles en anglais, elle adore lire des romans en français. Mais surtout, Toula Drimonis est Québécoise. Et avec son essai fraichement paru, intitulé We, The Others, la journaliste montréalaise s’évertue à réconcilier toutes les facettes de son identité culturelle.

    • Catherine Genest
  • credit: Photo: Marie-Mike
    Culture

    Calamine: «woke» tant qu’il le faudra

    «Lesbienne woke sur l’autotune», c’est une insulte que Calamine (née Julie Gagnon) a essuyée sur les réseaux sociaux, mais aussi le titre de son album qui sort ce 8 juillet. Une collection de chansons où jazz, R&B et Alain Deneault font bon ménage.

    • Catherine Genest
  • credit: Photo: Courtoisie Samuel Cantin
    Culture

    Samuel Cantin: le fils illégitime du magazine «Croc»

    Dostoïevski, Réal Godbout et Pierre Fournier, Sylvain Pastrami. On entre dans l’univers du bédéiste Samuel Cantin, révélé au grand public avec sa trilogie intitulée Whitehorse.

    • Catherine Genest
  • Jean-Philippe Lehouxcredit: Photo: Francis-William Rhéaume
    Culture

    Jean-Philippe Lehoux: touriste en sevrage, dramaturge et comédien

    Sacré grand gagnant de notre concours de récits de voyage 2022, l’homme de théâtre Jean-Philippe Lehoux s’est prêté au jeu du questionnaire. Il nous y dévoile quelques trouvailles kirghizes, sa vision du tourisme et les prémisses de son prochain spectacle.

    • Catherine Genest
Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres