Ce qu’on a vu—mai 2023

 credit: Photo: Coralie Lemieux-Sabourin
Photo: Coralie Lemieux-Sabourin
Publié le :
Les choix de la rédaction

Ce qu’on a vu—mai 2023

Émilienne Belhumeur a créé son petit coin de paradis au Centre-du-Québec après avoir sillonné le monde entier du haut des airs. Elle est l’une des trois dames âgées qui brillent ce mois-ci dans le cadre de nos recommandations culturelles.

Émilienne et le temps qui passe, de Coralie Lemieux-Sabourin

Vu à la 41e édition des Rendez-vous Québec Cinéma

À voir au Cinéma Beaubien du 5 au 11 mai


Alors que les saisons défilent, une agente de bord à la retraite observe la nature depuis sa modeste demeure, à la campagne. Avec philosophie et humour, elle répare les brèches de sa propriété qui tombe en ruine. Malgré son hésitation à vendre, elle apprend à se détacher doucement de ce qui est, pour elle, son dernier lieu de résistance face au monde extérieur. Un premier long métrage documentaire pour cette jeune réalisatrice pleine de talents, qui emprunte autant aux techniques du cinéma qu’à celles du théâtre.


—Julie Francoeur, rédactrice en chef adjointe


  •  credit: Photo: Valérie Remise
    Photo: Valérie Remise

Je viendrai moins souvent, de Camille Paré-Poirier


Il s’agit d’une adaptation théâtrale documentaire du bouleversant balado Quelqu’une d’immortelle de Camille Paré-Poirier. À travers les archives audios de ses rencontres avec sa grand-mère Pauline, la créatrice offre un spectacle d’une grande vulnérabilité qui met en lumière la vieillesse, la solitude et le deuil. Une histoire universelle qui touche au cœur, une fenêtre ouverte sur le traitement réservé aux personnes âgées et sur ces relations intergénérationnelles dont on parle trop peu. 


Marc-Antoine Sinibaldi, responsable de la boutique 

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  •  credit: Photo: Lou Scamble
    Culture

    Ce qu’on a lu—février 2024

    Les hommes, antiféministes de surcroit, n’ont pas le monopole du célibat involontaire. À preuve: Claire Legendre, autrice virtuose, en a fait l’expérience et le sujet de son plus récent ouvrage. Un livre à mettre entre les mains de celles qui «swippent» sur Bumble en quête d’absolu.

    • 6 auteur·trice·s
  •  credit: Photo: Cassandra Jetten
    Culture

    Ce qu’on écoute—février 2024

    On peut sortir le gars de la France, mais pas la France du gars. Même si Peter Peter est rentré au Québec, l’influence de la house filtrée, de la French Touch en substance, se fait entendre sur sa nouvelle offrande.

    • 5 auteur·trice·s
  •  credit: (Photo: Théâtre Denise-Pelletier)
    Culture

    Ce qu’on a vu—février 2024

    François Ruel-Côté, membre du duo humoristique Brick & Brack et collaborateur de l’émission «Tout peut arriver», a consolidé sa place au sein du club des artistes-de-la-relève-à-surveiller grâce à sa pièce intitulée «Terrain glissant».

    • 5 auteur·trice·s
  •  credit: Photo: Yanick Macdonald
    Culture

    Calendrier culturel—février 2024

    À l’occasion du Mois de l’histoire des Noir·e·s, nombreuses sont les institutions culturelles qui mettent de l’avant des artistes afrodescendant·e·s. Du côté du TNM, «M’appelle Mohamed Ali», spectacle mis en scène par Philippe Racine et Tatiana Zinga Botao, aura droit à un second tour de piste.

Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres