Claudia Larochelle: dire l’époque et ses tourments

Catherine Genest
Photo: Andréanne Gauthier
Publié le :
L’entrevue

Claudia Larochelle: dire l’époque et ses tourments

Pourquoi devrait-on choisir entre un rôle de journaliste ou d’écrivaine? Claudia Larochelle fait la démonstration qu’on peut être les deux tout à la fois, avec autant de talent. Dans son plus récent ouvrage, Les Disgracieuses, elle se révèle comme jamais auparavant, dans une sorte d’impudeur qu’on ne lui connaissait pas.

Les Disgracieuses

Claudia Larochelle

C’est un peu votre marque de commerce comme communicatrice: vous êtes une grande lectrice. Parmi tous les romans que vous avez lus dans votre vie, quel est celui que vous auriez le plus aimé écrire? 

Oh, il y en a tant! Je serais incapable de n’en nommer qu’un seul, ni même dix ou 80… Je nommerais tous ceux qui «m’empêchent» d’écrire parce qu’ils me complexent et me font douter de mes capacités. (Rires) Je me demande constamment ce que je pourrais ou saurais apporter de nouveau.


Récemment, dans une chronique publiée sur Avenues, vous avez levé le voile sur un pan peu glorieux du monde de l’édition: celles des auteur·trice·s qui ne lisent pas les livres des autres et qui publient pour devenir célèbres. Comment arrivez-vous à départager ces aspirantes vedettes des écrivain·e·s véritables?

Les vrais écrivains, à mon humble avis, sont ceux qui lisent et ça parait… Le contraire aussi parait; ceux qui écrivent sans lire. Pour bien écrire, il faut avoir lu, il faut aimer lire parce que c’est ainsi qu’on apprend à peaufiner un style, une voix, une réflexion. D’un autre côté, ce n’est pas parce qu’on est lecteur qu’on maitrise l’écriture… 

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  • Culture

    Christine Beaulieu: la dramaturge engagée

    «J’aime Hydro», depuis sa parution chez Atelier 10, a été vendu à plus de 20 000 exemplaires. Qu’est-ce qui explique le succès retentissant de cette pièce documentaire?

  • Culture

    Léa Stréliski: l’humoriste posée

    On la reconnait à son accent sis quelque part entre le Québec et la France, à ses prises de position parfois risquées, mais toujours livrées avec un calme désarmant, sur un ton mi-figue mi-raisin, sans malveillance aucune. Entrevue avec Léa Stréliski, collaboratrice de «Nouveau Projet 25».

  • Société

    Frédérick Lavoie: le journaliste qui écrit comme un romancier

    Comme reporter, le québécois Frédérick Lavoie nage dans un couloir à part. Il se démarque de ses collègues grâce à sa plume soignée et sensible, sans jamais verser dans la mièvrerie pour autant.

  • Société

    Au ras du sol

    En 2019, l’agronome Louis Robert se faisait montrer la porte du ministère de ­l’Agriculture pour avoir dénoncé l’ingérence du secteur privé dans la recherche publique sur les pesticides. Marc Séguin—artiste et auteur, mais aussi réalisateur du documentaire La ferme et son État—l’a rencontré pour discuter de l’urgence de préserver nos sols.

Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres