De la subjectivité du gros bon sens

Jonathan Livernois
 credit: Maurice Bellemare, 1955. BAnQ Vieux- Montréal, Fonds Gabriel Desmarais (Gaby).
Maurice Bellemare, 1955. BAnQ Vieux- Montréal, Fonds Gabriel Desmarais (Gaby).
Publié le :
Essai

De la subjectivité du gros bon sens

Alors que la droite s’autoproclame protectrice d’un prétendu «gros bon sens» dont la gauche aurait perdu toute notion, il est bon de se rappeler que ce n’est pas d’hier que les forces conservatrices ont recours à cette tactique.

On est modernes et voilà qu’on n’en est plus certain·e·s. L’injonction rimbaldienne «Il faut être absolument moderne» nous a mis·es dans le trouble. On veut le retour de certaines idées stables. On est embarrassé·e·s par tant de diversité et par l’implosion des notions simples. Par exemple: la théorie des genres a envahi nos écoles primaires et on mêle tout le monde, à commencer par les enfants. Jean-François Lisée, qui est devenu sage sans qu’on sache trop quand et comment ça s’est passé, le disait bien, il y a quelques mois, dans Le Devoir: «À l’heure où l’on s’apprête à reconduire cette pédagogie hasardeuse au sein du nouveau cours “Citoyenneté québécoise”, je n’ai qu’un mot à lui dire: pause!» C’est prudent en diable comme attitude: calmons-nous, prenons une pause. Dans ce domaine et dans plein d’autres: pensons à la prétendue terreur de l’EDI (Équité, diversité et inclusion) dans les universités québécoises, ou encore au développement «tentaculaire» du wokisme, terme qui a tous les traits d’un anathème définitionnel—comme, à la fin du 19e siècle, en France, le substantif intellectuel.

Mais comment justifier une pause dans notre cavalcade moderne? En convoquant le gros bon sens, tout simplement. C’est une expression qui revient de temps à autre, selon la saison politique.

Le chef du Parti conservateur du Canada, Pierre Poilievre, l’emploie sans arrêt par les temps qui courent. À la fin de l’été, au Congrès du gros bon sens de Québec (c’est bien le titre de l’évènement, je ne niaise pas), Poilievre n’a cessé de marteler qu’il fallait ramener ce gros bon sens à Ottawa. Si vous êtes d’accord avec lui, si vous considérez que le chou-fleur coute trop cher à cause de Justin Trudeau, que la critical race theory nous détourne des vrais problèmes comme l’emploi et le développement des hydrocarbures, vous pouvez acheter votre gaminet sur le site web du parti. «Après huit ans, les Canadiens comme vous sont fatigués de se sentir ignorés par leur gouvernement. Envoyez à Trudeau le message que vous REJETEZ son programme wokiste. Ensemble, nous reprendrons le contrôle de nos vies et ferons du Canada le pays le plus libre au monde. Achetez votre T-shirt “Ramenez le gros bon sens”», lit-on.

De quoi est fait ce gros bon sens, au juste? Cela va de soi, puisque c’est le gros bon sens. Et on ne définit pas ce qui va de soi. Le gros bon sens est toujours juste, jamais dépassé, il existe de tout temps.

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  • Société

    Paris, capitale du 21e siècle

    Avec la tenue des Jeux olympiques l’été prochain, Paris connaitra l’aboutissement de ses ambitions macroniennes: turbogentrification, antiécologisme et néolibéralisme à gogo.

  • Société

    Les noces d’or du temple du magasinage

    Le Carrefour Laval célèbrera ses 50 ans en 2024. Même si la fête de la consommation s’y poursuit, il n’est pas épargné par les questionnements sur un mode de vie et de développement de plus en plus anachronique.

  • Société

    Pleurer un paysage

    Le feu nous a volé bien des forêts, cette année. Mais il y a aussi toutes celles que nous continuons de nous dérober à nous-mêmes, sous des impératifs de «développement». Comment dire ce deuil, ce gâchis immense?

  •  credit: Illustration: Elisabeth Cardin
    Société

    Journal d’une restauratrice à la retraite

    Comment aspirer au bonheur si nos jours entrent en totale contradiction avec nos valeurs? À l’image de Denis de Rougemont dans «Journal d’un intellectuel en chômage» (1937), notre collaboratrice, qui a annoncé la fermeture officielle du restaurant montréalais Manitoba à l’automne 2021, relate son nouveau quotidien à la campagne, loin du stress de la ville et de la restauration.

Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres