La marginalité féconde du Wu-Tang Clan

Jérémie McEwen
credit: Illustration: Francis Léveillée
Illustration: Francis Léveillée
Publié le : vendredi 15 mars 2019
Musique

La marginalité féconde du Wu-Tang Clan

Un quart de siècle après la parution d’Enter the Wu-Tang (36 Chambers), quels enseignements philosophiques peut-on tirer du célèbre groupe de hip-hop?

Considéré dans ce texte

Les 25 ans d’Enter the Wu-Tang (36 Chambers). Les films de kungfu. Staten Island. Les essais de RZA et le taoïsme. Les styles de combat. La mélancolie du hip-hop.

En 2014, j’ai commencé à préparer un tout nouveau cours sur la philosophie du hip-hop. Dans les corridors du collège Montmorency, où j’enseigne, je voyais régulièrement des étudiants arborant un W sur leur T-shirt. Ça m’a mis la puce à l’oreille: Wu-Tang était un des vieux groupes qu’ils écoutaient encore et dont j’avais tout intérêt à parler en classe, un classique qui avait perduré jusqu’à la nouvelle génération des fans du genre.

Vingt ans plus tôt, l’âge d’or du rap tirait à sa fin. À l’époque, Tupac Shakur et Biggie Smalls, alors aspirants rois dans un pays qui leur refusait un véritable rôle politique hors de la marge, faisaient de leur supériorité devant les autres rappeurs une obsession. Issus de Staten Island, quartier new-yorkais souvent oublié, les neuf membres du Wu-Tang ont montré, à l’opposé des deux rappeurs devenus martyrs, la force d’une idiosyncrasie et d’une marginalité dont ils ont fait leur fierté. En 1993, l’année de la parution de l’album Enter the Wu-Tang (36 Chambers), ce groupe bigarré a donné une originalité nouvelle au hip-hop, un souffle toujours perceptible.

Aujourd’hui encore, ces deux voies, celle des rois et reines (Kendrick Lamar, Cardi B) et celle des jokers (Big Freedia, Death Grips), se côtoient. Aucune n’est supérieure à l’autre. Toutes deux, surtout, méritent qu’on prenne le temps de les découvrir. C’est cela, faire la philosophie du hip-hop, ou même faire de la philosophie tout court: comprendre. Un quart de siècle après la sortie d’Enter the Wu-Tang, la vision du monde défendue par le groupe fascine toujours mes étudiants, souvent bien plus que celle de Sartre.


Les enfants d’une autre ile

La plupart des touristes ne visitent Staten Island qu’un instant, avant de rembarquer sur le traversier gratuit qui permet de bien voir la statue de la Liberté depuis la baie new-yorkaise. La distance physique entre l’ile et le reste de la ville est d’ailleurs significative dans le rap du Wu-Tang. En fondant sa propre mythologie en marge, le groupe présente Staten comme s’il s’agissait en fait de Shaolin, une terre lointaine dont les habitants sont préoccupés par l’illumination taoïste et les arts martiaux, plutôt que par la compétition meurtrière et la volonté de suprématie. Ni Brooklyn, ni Queens, ni le Bronx, ni surtout Manhattan: venir d’une autre ile confère une identité propre.

En classe, je fais écouter la pièce «Shimmy Shimmy Ya» pour insister sur cette particularité du collectif, même s’il s’agit d’un solo de feu Ol’ Dirty Bastard (1968-2004). Cet amalgame rappé de baragouinages relativement indistincts rebute certains étudiants. La volonté d’originalité absolue du groupe mine à première vue la transmission d’un message clair. Ma mission de prof est toutefois de montrer que celui-ci n’en est que plus subtil et plus pérenne. Les T-shirts ne mentent pas.

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  • credit: Photo: Caroline Monnet (autoportrait)
    Culture

    Recommandations—aout 2022

    Un roman sur un quartier disparu de Montréal, un concert de Milk & Bone sur les berges du Saint-Laurent, et une exposition féministe de Caroline Monnet. Voici les évènements culturels que Nouveau Projet surveille ce mois-ci.

    • Catherine Genest
  • credit: Photo: Marie-Mike
    Culture

    Calamine: «woke» tant qu’il le faudra

    «Lesbienne woke sur l’autotune», c’est une insulte que Calamine (née Julie Gagnon) a essuyée sur les réseaux sociaux, mais aussi le titre de son album qui sort ce 8 juillet. Une collection de chansons où jazz, R&B et Alain Deneault font bon ménage.

    • Catherine Genest
  • credit: Photo: Destinee Condison
    Culture

    Ce qu’on écoute—juillet 2022

    Cet été, on jette notamment notre dévolu sur les chansons de l’envoutante Sevana, une artiste jamaicaine à ne pas quitter des yeux.

    • 4 auteur·trice·s
Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres