Explainer

Est-ce la fin de la nudité dans les vestiaires?

Catherine Genest
credit: Photo: Nemo Lieutier
Photo: Nemo Lieutier
Publié le :
L'explication

Est-ce la fin de la nudité dans les vestiaires?

Un peu partout au Québec, plusieurs piscines et centres sportifs réécrivent leurs règlements pour limiter, voire interdire, la nudité dans leurs vestiaires. On a voulu comprendre pourquoi.

L’enjeu

Dans une infolettre envoyée le 7 septembre dernier, le Centre sportif du Parc olympique de Montréal partage de nouvelles directives avec ses membres.

  • Être discret·e lorsque vous vous changez
  • Porter un maillot de bain sous les douches à aire ouverte
  • Ne pas flâner ou vous déplacer nu·e dans le vestiaire
  • Porter un maillot de bain dans le sauna (obligatoire)

Ce courriel nous a mis la puce à l’oreille, et nous a permis de réaliser que ce n’était pas une première. D’autres piscines et centre sportifs du Québec avaient déjà recouvert leurs murs de règles similaires


Oui, mais…

En Europe, la mode est plutôt à une libération du corps.

Depuis le 1er mai 2022, la ville universitaire de Göttingen, en Allemagne, autorise les femmes à se baigner seins nus dans les piscines municipales. Idem pour la commune française de Grenoble, qui permet dorénavant le port du monokini lors des bains libres. Cette mesure a été, dans les deux cas, motivée par le souhait de promouvoir «une plus grande égalité entre les sexes».

Et dans un petit village près de Halmstad, en Suède, la piscine publique locale nage vraiment à contrecourant par rapport à ce qui se passe au Québec. Là-bas, c’est le port du maillot de bain qui est interdit dans les vestiaires. La nudité y est, pour ainsi dire, obligatoire.


Publicité

Les pistes d’explication


→ Ces dernières années, des plaintes en tous genres ont été formulées par les usager·ère·s des piscines publiques au Québec, comme le rapporte Éric Hervieux, président de l’Association des responsables aquatiques du Québec (ARAQ), en entrevue avec Nouveau Projet

«J’ai déjà eu quelqu’un qui m’a dit: “Là, j’ai un client qui est dans la douche, et c’est exagéré, il fait pratiquement des étirements et ça fait des positions un petit peu awkward.” [...] C’est souvent lié à la durée d’exposition. J’ai aussi eu le cas d’une femme qui se rasait le poil du pubis dans la douche. Il y a des questions de salubrité.» 

Même son de cloche du côté de Cédric Essiminy, conseiller en relations publiques pour le Parc olympique de Montréal, qui a lui aussi accepté de répondre à nos questions. 

«On a eu des membres qui nous ont dit que leur niveau de confort [face à la nudité] n’est pas le même que pour d’autres. On recevait des courriels et des appels par rapport à ça.»


Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres