Contenu commandité

Un studio mobile au cœur de la recherche

Publié le :
Présenté par
UQAR

Un studio mobile au cœur de la recherche

À l’UQAR, une radio itinérante donne une voix à une jeunesse invisible.

À bord de son studio mobile, la professeure-chercheuse Julie Richard de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR), au campus de Lévis, recueille les témoignages de jeunes marginalisé·e·s vivant dans les milieux ruraux ou éloignés. Au micro de ce safe space itinérant, on parle de colère, de révolte, de rêves, d’engagement, de territoire et d’inégalités. 

Son outil de recherche: un Westfalia reconverti en studio d’enregistrement, qui lui permet de rencontrer des 18-30 ans difficiles à joindre. «J’avais envie de mobiliser une méthode créative et participative qui permet d’avoir accès à une parole plus critique», explique Julie Richard, qui terminera sous peu la rédaction de sa thèse sur leur participation sociopolitique. 

Les parcours de ses interlocuteurs et interlocutrices sont marqués par toutes sortes de défis. Leur réalité, trop souvent ignorée. Mais au micro de Julie Richard, leur parole se libère. Et la professeure-chercheuse compte bien la relayer pour qu’elle soit entendue par les instances.

Son outil de recherche: un Westfalia reconverti en studio d’enregistrement, qui lui permet de rencontrer des 18-30 ans.

«On les interpelle rarement pour contribuer aux réflexions qui encadrent le développement de nos territoires. C’est un angle mort qu’il faut considérer pour contribuer à réduire les inégalités», dénonce-t-elle.

Depuis 2020, elle sillonne les routes du Québec et de l’Ontario. Sa codirectrice, Cécile Van de Velde, sociologue à l’Université de Montréal, vient parfois la rejoindre. Cette année, elles devraient se rendre une troisième fois en Gaspésie. Avec les 70 entrevues réalisées, elles comptent produire un balado et, surtout, partager les résultats de leur étude avec les partenaires concerné·e·s et les participant·e·s.


L’UQAR est une université du réseau de l’Université du Québec historiquement arrimée aux réalités des milieux qu'elle dessert. Avec ses campus à Lévis et à Rimouski, elle offre des programmes de formation à tous les cycles dans des disciplines variées à près de 7000 étudiantes et étudiants et se distingue par l’accessibilité et la qualité de ses formations ainsi que par l’encadrement des étudiantes et des étudiants. Elle se démarque par son rayonnement en recherche autour de ses trois axes d’excellence que sont les sciences de la mer, le développement régional et la nordicité, mais aussi dans de nombreux domaines des sciences naturelles et du génie, des sciences humaines et sociales ainsi que de la santé.


Ce contenu, réalisé par le Studio A10 dans le respect de ses lignes directrices, a été commandité par l’UQAR.

Pour consulter les autres articles collaboratifs: atelier10.ca/nouveauprojet/type/partenaire

Continuez sur ce sujet

  •  credit: Photo: Kevin Millet
    Contenu commandité

    Les pièges à éviter quand on écrit sur le suicide

    L’Association québécoise de prévention du suicide vient de publier un guide d’accompagnement à l’intention des professionnel·le·s du milieu artistique qui créent, produisent ou diffusent des œuvres de fiction. Un nouvel outil rédigé notamment en collaboration avec Jean-Philippe Baril Guérard.

  • Contenu commandité

    Entreprendre pour changer les choses

    Lorsque Jean-François Bernier a cofondé ATTITUDE™ aux côtés de Benoit Lord en 2006, l’urgence climatique ne faisait pas les manchettes et le terme «écoanxiété» n’avait pas encore intégré le langage courant. Entrevue avec un chef d’entreprise à l’avant-garde et guidé par une perpétuelle quête de sens.

  •  credit: Photo: Spa Bolton
    Contenu commandité

    Cinq activités hivernales pour décrocher

    Magog, Austin, Orford, Bolton-Est, Eastman, North Hatley… La région de Memphrémagog regorge de villages au charme indéniable où il fait bon se poser et se reposer. Tour d’horizon de diverses activités pour partir à la découverte des lieux pendant la saison froide.

  • Contenu commandité

    Faire sa part

    Selon «National Geographic», huit millions de tonnes de plastique sont déversées dans les océans chaque année et on estime qu’en 2050, toutes les espèces animales de la planète en auront ingéré. Une entreprise québécoise vient de lancer une ligne de soins du visage et de maquillage aux emballages biodégradables.

Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres