Ce qu’on a lu—septembre 2022

 credit: Photo: JF Paga
Photo: JF Paga
Publié le :
Les choix de la rédaction

Ce qu’on a lu—septembre 2022

Ce mois-ci, on a notamment dévoré le nouveau Virginie Despentes, un roman mordant et nécessaire, à l’image du reste de sa bibliographie. 

C’est toute une thérapie personnelle et sociale de traverser les romans de Virginie Despentes. D’autant qu’elle s’attaque ici à l’une des plus profondes fractures de notre temps: celle qui s’est creusée entre les hommes et les femmes depuis le mouvement de dénonciation #MoiAussi. En accompagnant les personnages à travers le déni (celui des changements que la vie a amenés depuis l’enfance), la colère (de faire partie des perdant·e·s), puis la lente réconciliation (avec les autres et surtout avec soi-même), on fait nous aussi le deuil de nos illusions sur l’époque. L’échange épistolaire sans pitié auquel se livrent Rebecca, Conrad et Chloé, mené à coup de répliques assassines dont Despentes a le secret, a l’effet d’un défouloir. Et parce que l’abcès a été crevé, on accepte finalement de baisser les armes, et pour une fois d’écouter l’autre.


Maud Brougère, secrétaire de rédaction

Cher connard

Virginie Despentes


Mélasse de fantaisie

Francis Ouellet

Je m’attendais à une simple carte postale du Faubourg à m’lasse dans les années 1980, mais ce roman autobiographique n’a rien d’une capsule temporelle inoffensive. C’est la revanche d’un petit gars né dans un quartier de puckés au sein d’une famille dysfonctionnelle, le témoignage cru et troublant d’un enfant que les adultes ont brisé. Et, par la bande, on découvre un auteur capable de pondre des phrases intensément incarnées.


Catherine Genest, cheffe de pupitre numérique

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  •  credit: Photo: Lou Scamble
    Culture

    Ce qu’on a lu—février 2024

    Les hommes, antiféministes de surcroit, n’ont pas le monopole du célibat involontaire. À preuve: Claire Legendre, autrice virtuose, en a fait l’expérience et le sujet de son plus récent ouvrage. Un livre à mettre entre les mains de celles qui «swippent» sur Bumble en quête d’absolu.

    • 6 auteur·trice·s
  •  credit: Photo: Cassandra Jetten
    Culture

    Ce qu’on écoute—février 2024

    On peut sortir le gars de la France, mais pas la France du gars. Même si Peter Peter est rentré au Québec, l’influence de la house filtrée, de la French Touch en substance, se fait entendre sur sa nouvelle offrande.

    • 5 auteur·trice·s
  •  credit: (Photo: Théâtre Denise-Pelletier)
    Culture

    Ce qu’on a vu—février 2024

    François Ruel-Côté, membre du duo humoristique Brick & Brack et collaborateur de l’émission «Tout peut arriver», a consolidé sa place au sein du club des artistes-de-la-relève-à-surveiller grâce à sa pièce intitulée «Terrain glissant».

    • 5 auteur·trice·s
  •  credit: Photo: Yanick Macdonald
    Culture

    Calendrier culturel—février 2024

    À l’occasion du Mois de l’histoire des Noir·e·s, nombreuses sont les institutions culturelles qui mettent de l’avant des artistes afrodescendant·e·s. Du côté du TNM, «M’appelle Mohamed Ali», spectacle mis en scène par Philippe Racine et Tatiana Zinga Botao, aura droit à un second tour de piste.

Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres