Ce qu’on a vu—juin 2023

 credit: Kyra Kynd
Kyra Kynd
Publié le :
Les choix de la rédaction

Ce qu’on a vu—juin 2023

Chaque printemps, le Festival TransAmériques nous convie à une rencontre avec l’autre. Cette année, Montréal a notamment pu prendre le pouls des scènes de Bruxelles, Geelong et Toronto. Voici notre compte rendu. 

The Shadow Whose Prey the Hunter Becomes, de Back to Back Theatre

Vu au Festival TransAmériques


Cette pièce tendre et drôle met en vedette trois artistes de la diversité neurologique, trois interprètes phares de la compagnie australienne Back to Back Theatre: Simon Laherty, Sarah Mainwaring et Scott Price. Et autant le préciser: avec ce trio d’enfer, ces comédien·ne·s de grand talent, on est résolument bien loin du registre de l’art thérapie. Avec finesse, les membres de la joyeuse troupe tentent de refaire le monde, tout en se moquant de nous, le public neurotypique, qui a clairement beaucoup à apprendre à leur contact. Un spectacle habile qui donne envie de redéfinir le mot «normal». 


Catherine Genest, cheffe de pupitre numérique


Mémé, de Sarah Vanhee

Vu au Festival TransAmériques


Cette pièce ouvre sur une projection vidéo dans laquelle Sarah Vanhee invoque avec son jeune garçon (adorable, il reviendra ponctuer le spectacle), les fantômes de Mémé, la mère de sa mère, et d’Oma, la mère de son père. Deux femmes qui, d’accouchement en accouchement, ont appris à être au service de tout le monde, sauf d’elles-mêmes. L’artiste belge a collecté et archivé leurs histoires, dont elle croit porter la marque. Et cela donne lieu à une œuvre intime, féministe, qui parle de travail invisible, de souffrance intergénérationnelle, et de travail de la terre. Sur scène, les marionnettes confectionnées par l’artiste Toztli Abril de Dios donnent corps au passé.


Julie Francoeur, rédactrice en chef adjointe

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  •  credit: Photo: Yanick Macdonald
    Culture

    Ce qu’on a vu—avril 2024

    La romancière Marie-Claire Blais revit ces jours-ci à l’Espace Go, à Montréal, tandis que Kevin Lambert, sorte de fils spirituel pour elle, adapte «Un cœur habité de mille voix» pour la scène. Une franche réussite.

    • 5 auteur·trice·s
  •  credit: Photo: Duceppe
    Culture

    Calendrier culturel—avril 2024

    La belle saison amène la période des examens finaux. Question de faire revivre le stress de performance à ceux et celles qui l’auraient peut être oublié, Duceppe présente l’adaptation scénique de Royal, le roman de Jean-Phillippe Baril Guérard qui se déroule à la faculté de droit de l’Université de Montréal.

  •  credit: Photo: Justine Latour
    Culture

    Ce qu’on a lu—mars 2024

    Six ans après la publication de son premier livre («Créatures du hasard») au Cheval d’août, l’autrice québéco-uruguayenne Lula Carballo replonge dans les limbes de la ludopathie, du jeu compulsif. Elle signe le roman «Maquina», qui sort ces jours-ci chez Leméac.

    • 5 auteur·trice·s
  •  credit: Photo: Martin Guillemette
    Culture

    Ce qu’on écoute—mars 2024

    Virtuosité et bonhommie font bon ménage dans les compositions originales de Times New Woman, un groupe québécois qui met le jazz à sa main en décoiffant quelques puristes au passage.

    • 4 auteur·trice·s
Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres