La dictature du fil d’actualité

Véronique Grenier
 credit: Illustration: Gabriel Sabourin
Illustration: Gabriel Sabourin
Publié le :
Ailleurs à Atelier 10

La dictature du fil d’actualité

On tapote l’écran de nos cellulaires pour faire défiler la vie des autres sur les réseaux sociaux. Que ce soit pour procrastiner ou pour tuer le temps, le geste reste le même. Spontané, machinal. Mais ce réflexe exacerbe notre fatigue numérique, selon Véronique Grenier, l’autrice de À boutte, notre Document 22. En voici un extrait.

Véronique Grenier

Je parcours mon fil d’actualité. J’y lis des décès, des naissances, des traumavertissements et ce qui les suit, des blagues de tous les gouts, des appels à l’aide, des remerciements. Quelqu’un est malade. Il y a 11 anniversaires aujourd’hui. Des enfants retournent à l’école. Les mêmes enfants sont dans un champ de pommes. Ils se déguisent pour Halloween. Jouent dans la neige. Noël. Une levée de fonds. Un couple s’annonce. Voici des choses à vendre. Plusieurs évènements ce soir. Des notifications. Un article à propos d’une crise politique. Un livre à lire. Une vidéo. Un nouveau balado. Une chronique fâchée. La fin du monde semble un peu plus proche qu’hier. 

Je passe à un autre fil d’actualité. Un corps plus beau que le mien. Une citation qui me rappelle de m’aimer telle que je suis. Une maison plus chaleureuse et mieux rangée que la mienne. Une famille heureuse. Tellement de gens photographiés dans l’heure dorée. Je me demande pourquoi il y a autant de personnes qui marchent dans des champs. Des suggestions de livres. Aime, aime, aime. Petit cœur, sourire. Mon pouce distribue machinalement ses appréciations. 

Un troisième. Des vidéos, les unes à la suite des autres. Les mêmes danses à répétition. Vers d’oreille. Des personnes se livrent, commentent les commentaires, se répondent. Une autre danse. Quelqu’un range son garde-manger, puis remplit son frigo. Plus tard, j’irai acheter une série de contenants pour faire la même chose. J’éprouverai du plaisir à transvider la farine, le café, les pochettes de savon pour le lave-vaisselle dans des bocaux transparents, mais pour l’instant j’écoute avec tristesse les confidences d’une personne trahie par son meilleur ami. Je vais espérer une vidéo de chat, après. 

Tout ça, en moins de dix minutes. 

Je ne sais combien de fois par jour. 


Scroller 

Sans doute n’est-ce pas seulement par fear of missing out que nos doigts, inlassablement, pendant des heures, font glisser un contenu multiple et infini qui s’arrime à nos intérêts en nous donnant l’impression d’être compris·e par les algorithmes. L’activité nous occupe, meuble le vide entre nos autres tâches, nous conduit au sommeil et nous happe dès qu’on en sort. Elle nous divertit, nous donne la possibilité de nous plonger dans autre chose que notre propre vie. Scroller est une manière d’effleurer l’existence fragmentée d’autrui sans véritablement s’y engager, sans rien devoir, sans qu’aucune attente n’entre en jeu, tout en en retirant des bénéfices. Ça nous donne l’impression d’être en action (l’index bouge, il répond à des stimulations et notre intérêt peut être vraiment capté par moment), tout en étant un peu sur pause, engourdi·e. C’est une sorte de ponctuation, pour ne pas dire une compulsion, de l’existence.

Je passe à un autre fil d’actualité. Un corps plus beau que le mien. Une citation qui me rappelle de m’aimer telle que je suis. Une maison plus chaleureuse et mieux rangée que la mienne.

Je mentirais si je disais que je ne m’y adonne pas quelques heures par jour, moi aussi. Je pourrais lire, écrire, corriger, faire le ménage, me mettre en mouvement, mais l’appel du fil d’actualité est plus fort que le reste. C’est que c’est moins demandant que le reste. À quelque part, la fatigue me motive à vivre des vies par procuration: incapable de me lever de mon lit ou de mon divan, je regarde ce que font, disent et vivent des centaines de personnes que je ne connais pas. Et ça me suffit. Ça me contente, même. À défaut de pouvoir agir sur mon existence comme je le souhaiterais, je glisse sur celle des autres—qu’elles soient fictives ou bien réelles—et j’oublie la mienne et ce qu’elle exige de moi. Je la mets en suspens, pour être plus précise. C’est pour cela que j’aime scroller même si, je le sais, le faire contribue à mon épuisement.


Véronique Grenier enseigne la philosophie au collégial. Elle est l’autrice du récit Hiroshimoi (2016) et des recueils de poésie Chenous (2017) et Carnet de parc (2019) aux Éditions de Ta Mère et de Colle-moi (2020) à la Courte échelle. Elle a également collaboré à plusieurs projets, revues et collectifs (Nouveau Projet, Ce qu’un jeune mari devrait savoir, Clairvoyantes, Elle Québec, Le Devoir, etc.). Il lui arrive de parler à la radio et de boire trop de café.


Pour aller plus loin

À boutte est le 22 titre paru dans la collection Documents.

1 commentaire :
Noemie Belanger :
lundi 1 mai 2023 à 15 h 43
Cet extrait a beaucoup de résonance dans mon corps de femme en “congé” de maternité qui devrait sièster plutôt que de scroller du contenu vide et du prêt-à-penser. J’ai trouvé cette référence dans le dernier ouvrage de Nouveau Projet (super occasion de ressourcer mon esprit ces temps-ci)… ça me donne un élan de motivation pour aller à la librairie en poussette et acheter cet essai, puis de mettre des mots sur ce phénomène avec de l’autodérision totale!! Très hâte de lire ça!
En voir plus

Continuez sur ce sujet

  •  credit: Photo: Josh Hild
    Art de vivre

    Le dérèglement

    La spiritualité peut-elle nous aider à appréhender la partie de nous et du monde qui échappe à la rationalité? C’est l’interrogation fondamentale au cœur de «Au revers du monde», prochain titre de notre collection «Documents», dont nous vous présentons ici un extrait.

  • Culture

    En ce moment, on est dans l’espace

    Le texte du spectacle «Du bruit dans le cosmos» nous force à apprivoiser notre vertige face à l’immensité de l’univers. Pas mal, pour un show d’humour. En voici les premières pages, telles que publiées au sein de la nouvelle collection d’Atelier 10.

  •  credit: Illustration (recadrée): Sandrine Corbeil
    Société

    Comment j’ai décidé de faire ma part

    Les parents auraient, selon l’autrice de notre «Document 26», tout avantage à s’inspirer de la permaculture pour élever leurs enfants. Une métaphore féconde, portée par une pédopsychiatre inquiète. Dans cet extrait de l’essai «Le drame des enfants parfaits», elle explique ce qui l’a poussée à prendre la plume.

  • Société

    Martin PM: le bédéiste au secours de la biodiversité

    Malgré le énième avertissement émis par les experts de la COP15, le grignotage des milieux naturels se poursuit à un rythme effréné dans la province. Biologiste, ancien employé du ministère de l’Environnement et bédéiste de talent, Martin PM a enquêté sur les modalités d’autorisation de ces chantiers qui empiètent petit à petit sur la nature québécoise.

Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres