La monogamie est un accident de l'histoire

Catherine Dorion
credit: Photo: Simple Insomnia
Photo: Simple Insomnia
Publié le : mercredi 27 juillet 2022
Ailleurs à Atelier 10

La monogamie est un accident de l'histoire

En amour, l’humain a-t-il été conçu pour se limiter à un·e partenaire? Catherine Dorion croit que non. Elle plaide pour un assouplissement des mœurs dans Les luttes fécondes, son essai tiré de notre collection Documents.

Considéré dans ce texte

Le polyamour. Jules César et Jacques Attali. La sexualité comme construction sociale. Les mariages fictifs chez les Nairs de Malabar et du Kerala. Les couples ouverts.

Catherine Dorion

Puis vient le christianisme. Nul au monde, avant lui, n’a prétendu imposer à l’espèce humaine tout entière une monogamie absolue, une fidélité totale, une relation irréversible.

Jacques Attali

Dans son livre Amours. Histoires des relations entre les hommes et les femmes, Jacques Attali fait un large et fascinant survol d’époques et de cultures.

César, juste avant sa mort, s’apprêtait à promulguer une loi accordant aux femmes le droit de prendre autant de maris qu’elles le voulaient.

Chez les Gyndanes, qui vivaient il y a très longtemps près de Carthage, la femme portait un grand nombre de bracelets de cuir aux chevilles. Chaque bracelet représentait un homme auquel elle s’était unie. Plus il y en avait, plus la femme était digne de respect, puisque nombreux étaient les hommes qui l’avaient aimée.

Chez les Arabes d’avant l’islam, un groupe d’au plus neuf hommes pouvait avoir des relations avec une même femme; ils pouvaient aussi obtenir d’un mari le droit d’être les amants d’une de ses épouses.

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  • credit: Illustration: Jeanne Joly
    Société

    Pas seul ici

    La pandémie a achevé la migration de nos vies vers le web. Dans ce contexte, que reste-t-il des villes, lieu par excellence de la coprésence avec les autres? Dans son essai La ville analogique, le sociologue Guillaume Ethier réfléchit à de nouvelles façon d’entrer en relation avec ses concitoyen·e·s.

    • Guillaume Ethier
  • credit: Photo: Ève B. Lavoie
    Société

    Une génération dans le miroir

    Aurélie Lanctôt signait le contrepoint de l’édition de Lignes de fuite parue dans notre collection Pièces en 2019. (Re)voici cette réflexion sur les millénariaux·ales, inspirée par l’oeuvre de Catherine Chabot.

    • Aurélie Lanctôt
  • credit: Photo: Sajith T.S.
    Société

    Les blessures intimes de l’ère postindustrielle

    Alexandre Castonguay et Nicolas Lauzon, coauteurs du dernier titre paru dans notre collection Pièces, sont deux artistes rouynorandiens. Leur collaboration, née du désir de confronter la poésie de l’un à la dramaturgie de l’autre, a donné naissance à un puissant drame social.

    • Maud Brougère
Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres