La monogamie est un accident de l'histoire

Catherine Dorion
credit: Photo: Simple Insomnia
Photo: Simple Insomnia
Publié le : mercredi 27 juillet 2022
Ailleurs à Atelier 10

La monogamie est un accident de l'histoire

En amour, l’humain a-t-il été conçu pour se limiter à un·e partenaire? Catherine Dorion croit que non. Elle plaide pour un assouplissement des mœurs dans Les luttes fécondes, son essai tiré de notre collection Documents.

Considéré dans ce texte

Le polyamour. Jules César et Jacques Attali. La sexualité comme construction sociale. Les mariages fictifs chez les Nairs de Malabar et du Kerala. Les couples ouverts.

Catherine Dorion

Puis vient le christianisme. Nul au monde, avant lui, n’a prétendu imposer à l’espèce humaine tout entière une monogamie absolue, une fidélité totale, une relation irréversible.

Jacques Attali

Dans son livre Amours. Histoires des relations entre les hommes et les femmes, Jacques Attali fait un large et fascinant survol d’époques et de cultures.

César, juste avant sa mort, s’apprêtait à promulguer une loi accordant aux femmes le droit de prendre autant de maris qu’elles le voulaient.

Chez les Gyndanes, qui vivaient il y a très longtemps près de Carthage, la femme portait un grand nombre de bracelets de cuir aux chevilles. Chaque bracelet représentait un homme auquel elle s’était unie. Plus il y en avait, plus la femme était digne de respect, puisque nombreux étaient les hommes qui l’avaient aimée.

Chez les Arabes d’avant l’islam, un groupe d’au plus neuf hommes pouvait avoir des relations avec une même femme; ils pouvaient aussi obtenir d’un mari le droit d’être les amants d’une de ses épouses.

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  • credit: Illustration: Gabriel Sabourin
    Art de vivre

    La dictature du fil d’actualité

    On tapote l’écran de nos cellulaires pour faire défiler la vie des autres sur les réseaux sociaux. Que ce soit pour procrastiner ou pour tuer le temps, le geste reste le même. Spontané, machinal. Mais ce réflexe exacerbe notre fatigue numérique, selon Véronique Grenier, l’autrice de «À boutte», notre Document 22. En voici un extrait.

    • Véronique Grenier
  • credit: Photo: Brett Donahue
    Culture

    Des deux côtés de Saint-Laurent

    C’est l’absence quasi totale de liens entre les milieux du théâtre anglophone et francophone à Montréal qui a inspiré à Laurence Dauphinais la création de Cyclorama, dernier-né de notre collection Pièces. En voici un extrait.

    • Laurence Dauphinais
  • credit: Photo: Bernard Brault
    Société

    S’imposer dans le débat

    En 2012, Québec solidaire faisait son entrée au débat des chef·fe·s. Un baptême du feu pour Françoise David qui défendait les couleurs du parti à l’époque.

    • Françoise David
  • credit: Illustration: Laurent Pinabel
    Société

    «On ne nous tient pas au courant de ça, nous»

    Couper les enfants des discussions graves ou sérieuses, c’est une forme d’adultisme. Un concept encore méconnu que Sarah Poulin-Chartrand aborde, parmi une quarantaine d’autres, dans Nos enfants auront le dernier mot, premier titre de notre nouvelle collection Le temps debout. En voici un extrait.

    • Sarah Poulin-Chartrand
Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres