Laisser le choix

Alain Deneault
En 2021, lors d’un épisode de sécheresse intense au Royaume-Uni, les agriculteurs soulèvent des nuages de poussière en préparant leurs champs. Photo: Red Zeppelin
En 2021, lors d’un épisode de sécheresse intense au Royaume-Uni, les agriculteurs soulèvent des nuages de poussière en préparant leurs champs. Photo: Red Zeppelin
Publié le : jeudi 2 septembre 2021
Essai

Laisser le choix

En dépit de notre obsession pour le libre arbitre, il est de ces données, comme la détérioration du climat, avec lesquelles il nous faut désormais composer.

Considéré dans ce texte

L’empreinte irréversible de l’être humain sur son environnement. Les manipulations génétiques et la transformation du vivant. L’illusion du choix perpétuel. La théorie politique, Hannah Arendt et la force des choses.

La modernité occidentale a dressé ses sujets à choisir. Et cette injonction n’est pas le moindre de ses paradoxes. Depuis la fin du 18e siècle, la fondation de la République française et sa déclaration des droits du citoyen à la suite et à la source de toute une série de traités définissant la souveraineté politique comme l’aptitude à décider, ont fini de hisser le choix, le libre choix, au rang de chose sacrée. Notre devise: choisir en tout, n’en avoir plus le choix.

Aussi hétérogènes soient-ils, tous les auteurs modernes ayant pensé l’institutionnalisation de la politique, Thomas Hobbes comme Murray Bookchin, en passant par Spinoza, Rousseau et Saint-Just, y ont vu la marque d’un progrès. Non seulement l’institution publique—qu’elle prenne la forme de monumentales républiques ou de laboratoires en démocratie directe—vise à favoriser la prise de décision, mais la structure même y concourant est désormais le fruit de résolutions politiques sans cesse débattues. D’où les révolutions, les renversements constitutionnels, les changements de régimes. On choisit en Occident jusqu’à la forme par laquelle on en vient à faire des choix. Délibérer est le terme qui prévaut pour saisir cette propension civilisationnelle à discuter et à réfléchir pour trancher, le tout conçu comme un seul et même acte. Nous délibérons au carré, de manière infiniment spéculaire.

Qu’elle semble en effet lointaine, l’Éthique à Nicomaque d’Aristote et son analyse de la délibération comme d’une disposition nécessairement contenue dans certaines limites. Ce qu’il appelait «l’ordre du monde», mais aussi les fondamentaux de la géométrie, la météorologie ou encore les phénomènes culturels étrangers à ceux de sa cité: bien des enjeux ne supposent nullement qu’on puisse en délibérer. L’esprit acceptait alors de buter sur des thèmes réfractaires à l’acte de choisir. «Rien de tout ce que nous venons d’énumérer ne pourrait être produit par nous, écrit le philosophe. Mais nous délibérons sur les choses qui dépendent de nous et que nous pouvons réaliser. […] Et chaque classe d’hommes délibère sur les choses qu’ils peuvent réaliser par eux-mêmes.» Un aristotélicien ne peut que s’étonner, aujourd’hui, de la portée acquise en Occident par l’ingéniosité scientifique ainsi que par la mondialisation du modèle dominant.

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  • credit: Photo: Qasim
    Société

    De Québec à Montréal, ou pourquoi m’exiler m’a semblé inévitable

    Chaque année, Québec perd des centaines de jeunes professionnel·le·s au profit de Montréal, dont Catherine Genest. La cheffe de pupitre numérique à Nouveau Projet a eu envie de se pencher sur ce déracinement perçu comme une fatalité par plusieurs, mais qui demeure très peu documenté.

    • Catherine Genest
  • credit: Photo: Ryan Searle
    Société

    Civilisation fossile

    Pour les sociétés industrialisées, le pétrole n’est pas seulement le ciment de notre économie—il est le fondement de notre rapport concret au monde.

    • Dalie Giroux
  • credit: Jérémie Battaglia
    Société

    Les deux printemps

    À l’aube d’une nouvelle révolution dans sa vie, Gabriel Nadeau-Dubois revient sur les évènements qui ont secoué le Québec en 2012..

    • Gabriel Nadeau-Dubois
Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres