Chronique

Ne pas s’ennuyer avec deux hommes à la maison

Eric Leblanc
credit: Photo: Damian Siqueiros
Photo: Damian Siqueiros
Publié le : lundi 21 novembre 2022
Chronique

Ne pas s’ennuyer avec deux hommes à la maison

Ils sont trois, ils s’aiment et forment un trouple. Ils tentent de vivre leur vie avec le plus d’ordinaire possible, malgré les embuches qui s’accumulent et les regards qui s’attardent. Porté par un doux élan de résistance, notre collaborateur signe un texte à la gloire des deux hommes qui partagent sa vie. Pour changer les choses, espère-t-il. Pour ouvrir les esprits, aussi.

Considéré dans ce texte

Le polyamour. Le Vieux-Québec intramuros. La solidité des meubles Ikea. Les entrevues à Ici Première. Le rêve de devenir père.

On est souvent passés proche d’y laisser notre peau.

La première fois, on était cachés entre deux remparts à Québec.

Se rencontrer dans la lumière oblique du coucher de soleil allait de soi.

Vous alliez bientôt rentrer à Montréal, le temps pressait.

Il aurait fallu se toucher, se déshabiller en vitesse,

sortir nos meilleurs moves pour que tout le monde vienne rapidement.

C’est ce qu’on attend de nous:

trois hommes qui ne peuvent pas s’empêcher de se voir

doivent forcément vouloir se faire jouir.

Mais nous restions là,

dans un silence qui habituellement me rend inconfortable.

Simplement assis, main dans la main dans la main,

à gouter la douleur du départ qui se rapproche,

une excitante confirmation qu’il faudrait se revoir,

que nous aurions du mal à arrêter de nous revoir.

Entre les pierres des fortifications, avec la ville à nos pieds,

on a fait le saut sans bouger:

nous avons commencé à nous aimer

autrement que tout ce que nous avions jamais vu

dans nos familles, à l’école, dans les films, dans la rue.

Est-ce que le cœur est assez grand pour deux garçons?

On l’a étiré pour voir, au risque de le déformer, de le crever et qu’il se vide.

Il a tenu bon.

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  • credit: Photo: cottonbro
    Société

    Sortir l’État de son inertie climatique

    À l’heure où la dernière COP en Égypte a fini dans l’impasse et que les militant·e·s écologistes s’en prennent symboliquement aux œuvres d’art, notre chroniqueur se demande ce que ça prendra pour que la classe politique prenne (enfin) la crise climatique au sérieux.

    • Clément Sabourin
  • credit: Photo: theirstory
    Société

    Québecor, Guy Nantel, l’intimidation et nous

    Déjà passablement affaiblie par la crise des médias, la presse culturelle québécoise se frotte maintenant aux artistes qui veulent se venger de ses mauvaises critiques. Un dangereux précédent créé par Guy Nantel, estime notre nouveau chroniqueur médias.

    • Thomas Leblanc
  • credit: Photo: Robert Holm
    Société

    Mon mari n’est pas mon meilleur ami (et c’est tant mieux)

    Cet été, je me suis mariée. Ce faisant, je suis entrée à pieds joints dans une institution bourgeoise, mais qui a le mérite de créer du sens dans un monde qui n’en fait pas toujours.

    • Maïka Sondarjee
  • Société

    «On n’est pas des p’tits pauvres»

    Bougons, «B.S.», pouilleux·ses. Qu’importe les surnoms disgracieux dont on les affuble, les hommes et les femmes en situation de pauvreté triment dur pour joindre les deux bouts, mais aussi pour préserver leur dignité. Et c’est encore plus difficile pour leurs enfants.

    • Murphy Cooper
Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres