Sortir l’État de son inertie climatique

Clément Sabourin
credit: Photo: cottonbro
Photo: cottonbro
Publié le :
Le journal de l’anthropocène

Sortir l’État de son inertie climatique

À l’heure où la dernière COP en Égypte a fini dans l’impasse et que les militant·e·s écologistes s’en prennent symboliquement aux œuvres d’art, notre chroniqueur se demande ce que ça prendra pour que la classe politique prenne (enfin) la crise climatique au sérieux.

Il y a la métaphore de la maison qui brule, celle de l’avion sans pilote, celle du précipice où l’on s’élance gaiment. Toute une panoplie de poncifs, de formules éculées pour décrire l’inaction climatique suicidaire de nos sociétés, mais tous ces lieux communs résument efficacement un sentiment très partagé. Comme beaucoup, je me demande: comment nos États modernes—occidentaux en particulier—peuvent-ils être aussi mauvais au chapitre de l’action climatique malgré des siècles de raffinement de la pensée politique? Comment expliquer qu’aucun gouvernement n’a réussi à atteindre réellement ses objectifs de réduction de GES?

Élevée dans les effluves de Tchernobyl et des sables bitumineux, ma génération est celle de la prise de conscience alarmée, du dérèglement climatique exponentiel et des rendez-vous manqués avec l’environnement. C’est aussi celle de l’apogée de la technocratie. Et pourtant.

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  • credit: Photo: theirstory
    Société

    Québecor, Guy Nantel, l’intimidation et nous

    Déjà passablement affaiblie par la crise des médias, la presse culturelle québécoise se frotte maintenant aux artistes qui veulent se venger de ses mauvaises critiques. Un dangereux précédent créé par Guy Nantel, estime notre nouveau chroniqueur médias.

    • Thomas Leblanc
  • credit: Photo: Robert Holm
    Société

    Mon mari n’est pas mon meilleur ami (et c’est tant mieux)

    Cet été, je me suis mariée. Ce faisant, je suis entrée à pieds joints dans une institution bourgeoise, mais qui a le mérite de créer du sens dans un monde qui n’en fait pas toujours.

    • Maïka Sondarjee
  • Société

    «On n’est pas des p’tits pauvres»

    Bougons, «B.S.», pouilleux·ses. Qu’importe les surnoms disgracieux dont on les affuble, les hommes et les femmes en situation de pauvreté triment dur pour joindre les deux bouts, mais aussi pour préserver leur dignité. Et c’est encore plus difficile pour leurs enfants.

    • Murphy Cooper
  • credit: Photo: Clément Sabourin
    Société

    Comment retarder l’apocalypse

    À l’heure où les glaciers se liquéfient et où la hausse de la température des mers asphyxie l’estuaire du Saint-Laurent, un ex-journaliste explique ce qui l’a poussé à changer sa vie de fond en comble.

    • Clément Sabourin
Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres