«Affaires intérieures»: fulgurances et clairs-obscurs

Philippe Mangerel
 credit: Photo: Yanick Macdonald
Photo: Yanick Macdonald
Publié le :
Critique

«Affaires intérieures»: fulgurances et clairs-obscurs

Bien qu’un peu verbeux, ce spectacle de Sophie Cadieux, Mélanie Demers et Frannie Holder s’impose comme l’œuvre à voir, à Montréal, en ce début d’année. Un objet étonnant et chaleureux, doux et grave.

L’une est actrice, la seconde est danseuse, la troisième est musicienne, et c’est aux limites de chacune de leurs disciplines respectives qu’elles se retrouvent, dans un spectacle baroque, luxuriant. 

La dimension chorégraphique d’Affaires intérieures est passionnante à regarder évoluer. Mélanie Demers, se déplaçant sur la moquette violette en grondant, sifflant, éructant et ahanant, en découragera peut-être plusieurs, mais en ravira d’autres par sa représentation expressionniste du monstre présent en chaque personne. 

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres