Comment je m’informe

credit: Illustration: Marie-Michèle Robitaille
Illustration: Marie-Michèle Robitaille
Publié le :
Entrevue

Comment je m’informe

En 2017, l’information nous parvient de tous les côtés, à la vitesse de la fibre optique mais aussi du bon vieux bouche à oreille. Comment se rend-elle à nous? Nous avons demandé à des Québécois de tous âges et de tous milieux de nous parler de leur principale source d’information.

Propos recueillis par Anne-Marie Luca.

Daniel Lévesque, Montréal

Sans emploi, 59 ans

La radio. J’aime bien les lignes ouvertes, quand le monde s’exprime un peu. Des fois, il y a du monde bizarre qui appelle. Ça me distrait. Pis tant qu’à entendre des menteries, j’aime autant que ce soit des citoyens qui les content.

  • credit: Illustration: Marie-Michèle Robitaille
    Illustration: Marie-Michèle Robitaille

  • credit: Illustration: Marie-Michèle Robitaille
    Illustration: Marie-Michèle Robitaille

William Préfontaine, Boucherville

Étudiant en administration, 18 ans

Une des informations que j’ai entendues récemment, c’est que l’Ontario a augmenté son salaire minimum à 15$ de l’heure. Je l’ai appris sur La Presse+, que je lis le matin. Je l’ai aussi vu passer sur Facebook. Souvent, je consolide l’information en regardant TVA ou Radio-Canada. Parfois aussi mes parents vont me parler des nouvelles, quand c’est important et que ça a rapport avec mes études.

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  • credit: Photo: Guillaume Boucher
    Société

    «Projet Polytechnique»: affronter la haine

    À l’automne 2023, le Projet Polytechnique, écrit par Jean-Marc Dalphond et Marie-Joanne Boucher, sera présenté à Montréal. Cette œuvre de théâtre documentaire qui plonge dans la mémoire collective de l’attentat de 1989 pour interroger la violence à l’égard des femmes en 2022 sera publiée en même temps dans la collection de théâtre d’Atelier 10.

    • Maud Brougère
    • Catherine Genest
  • credit: Photo: Marie-Ève Rompré
    Art de vivre

    Véronique Grenier: écrire pour apaiser

    Réfléchir à la fatigue, c’est d’abord et avant tout chercher à la circonscrire. C’est la tâche à laquelle Véronique Grenier s’est attelée pour pondre notre Document 22. Un ouvrage étonnant où se côtoient Kant et Rihanna.

    • Julie Francoeur
  • credit: Photo: Janice Lawandi
    Société

    Toula Drimonis: créer des ponts entre les deux solitudes

    Elle est d’origine grecque, elle écrit ses articles en anglais, elle adore lire des romans en français. Mais surtout, Toula Drimonis est Québécoise. Et avec son essai fraichement paru, intitulé We, The Others, la journaliste montréalaise s’évertue à réconcilier toutes les facettes de son identité culturelle.

    • Catherine Genest
  • credit: Photo: Marjorie Guindon, assistée d'Audrey Belval Coiffure et maquillage: Celica Sea
    Société

    Amitié, nom féminin

    Melyssa Elmer aime faire rayonner les artistes de la relève. Mais elle est aussi la grande amie de notre collaboratrice Safia Nolin. Une amitié qui leur donne la force de résistance nécessaire, et la foi, pour rester debout. Envers et contre tou·te·s.

    • Safia Nolin
Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres