«Kooza»: une cynique au pays du Cirque du Soleil

Michèle Nicole Provencher
credit: Photo: Matt Beard
Photo: Matt Beard
Publié le : vendredi 27 mai 2022
Critique

«Kooza»: une cynique au pays du Cirque du Soleil

Notre collaboratrice saura-t-elle passer outre tout ce qu’elle reproche au Cirque du Soleil et retrouver sa capacité de s’émerveiller comme une humaine normale?

Dans Nouveau Projet 16, je m’étais permis d’écrire au Cirque du Soleil en le tutoyant gros comme le bras pour questionner sa pertinence dans notre paysage culturel. Drôle de hasard (OU PAS?), le texte est paru un peu moins d’un an avant que le cirque remballe ses chapiteaux pour cause de pandémie et demande au gouvernement de l’aider à remettre du gaz dans la machine à confettis. Qu’à cela ne tienne, notre saltimbanque national a plus d’un tour dans son sac et il présente, jusqu’au 14 aout 2022, le spectacle Kooza dans le Vieux-Port de Montréal.

Je me suis donc donné comme défi d’aller à la première médiatique avec le moins d’appréhension possible. J’ai beau être cynique, comme un humain normal, je suis aussi capable d’émerveillement.

Il faut avouer que le moment était peu propice pour faire preuve de mauvaise foi, car ce rendez-vous avait lieu à peine quelques jours après la levée du port du masque. Le bonheur de ressortir mon rouge à lèvres et de voir les gens sourire valait à lui seul la sortie. Sous la tente bleue et blanche servant de salle de spectacle, tout le monde autour de moi ressemblait à un frère Tadros ou à un·e quelconque influenceur·seuse, mais après deux ans sans bain de foule, j’avais presque envie de me laisser influencer.

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  • Culture

    «Au nord d’Albany»: s’égarer en route

    Marianne Farley a rapidement laissé sa marque dans le milieu du court métrage en réalisant coup sur coup trois films au parcours international, dont «Marguerite», nommé aux Oscars en 2019. Malheureusement, son passage attendu au long n’est pas réussi.

    • Jason Béliveau
  • Culture

    «Maple»: les maladresses de David Goudreault

    David Goudreault est bardé de prix, il a publié une trilogie de bestsellers (La bête), en plus d’avoir été personnifié au Bye Bye 2021. Mais est-ce que son plus récent roman s’avère à la hauteur de la place qu’on lui accorde?

    • Amélie Panneton
  • credit: Photo: Denis Farley / MBAM
    Culture

    Basquiat au MBAM: une bonne rétrospective-spectacle

    Sa carrière de peintre a commencé en même temps que le rap, puis il est devenu une icône nommée dans des chansons de Kanye West, Nas et Jay-Z. Jouissant d’une street cred enviable, même 34 ans après sa mort, Basquiat est au cœur d’une exposition très musicale au Musée des beaux-arts de Montréal. Et notre collaboratrice l’a vue.

    • Dominique Sirois-Rouleau
  • Culture

    «Falcon Lake»: Sara Montpetit perce (encore) l’écran

    Avec ce premier long métrage, la cinéaste et comédienne Charlotte Le Bon signe une variation joliment lynchéenne sur les affres du passage de l’enfance à l’adolescence, un thème que le cinéma québécois s’acharne à explorer depuis une dizaine d’années.

    • Jason Béliveau
Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres