«Kooza»: une cynique au pays du Cirque du Soleil

Michèle Nicole Provencher
credit: Photo: Matt Beard
Photo: Matt Beard
Publié le : vendredi 27 mai 2022
Critique

«Kooza»: une cynique au pays du Cirque du Soleil

Notre collaboratrice saura-t-elle passer outre tout ce qu’elle reproche au Cirque du Soleil et retrouver sa capacité de s’émerveiller comme une humaine normale?

Dans Nouveau Projet 16, je m’étais permis d’écrire au Cirque du Soleil en le tutoyant gros comme le bras pour questionner sa pertinence dans notre paysage culturel. Drôle de hasard (OU PAS?), le texte est paru un peu moins d’un an avant que le cirque remballe ses chapiteaux pour cause de pandémie et demande au gouvernement de l’aider à remettre du gaz dans la machine à confettis. Qu’à cela ne tienne, notre saltimbanque national a plus d’un tour dans son sac et il présente, jusqu’au 14 aout 2022, le spectacle Kooza dans le Vieux-Port de Montréal.

Je me suis donc donné comme défi d’aller à la première médiatique avec le moins d’appréhension possible. J’ai beau être cynique, comme un humain normal, je suis aussi capable d’émerveillement.

Il faut avouer que le moment était peu propice pour faire preuve de mauvaise foi, car ce rendez-vous avait lieu à peine quelques jours après la levée du port du masque. Le bonheur de ressortir mon rouge à lèvres et de voir les gens sourire valait à lui seul la sortie. Sous la tente bleue et blanche servant de salle de spectacle, tout le monde autour de moi ressemblait à un frère Tadros ou à un·e quelconque influenceur·seuse, mais après deux ans sans bain de foule, j’avais presque envie de me laisser influencer.

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  • Culture

    «Babysitter»: garde partagée

    Avec son deuxième long métrage, Monia Chokri propose de satiriser le climat post #MoiAussi et les dérives du wokisme. Pas celui que Mathieu Bock-Côté voit dans ses Froot Loops chaque matin, mais plutôt celui que l’on s’inflige par excès de bien-pensance, ou par crainte de représailles.

    • Jason Béliveau
  • Culture

    «Mr. Morale & The Big Steppers»: le tour de force de Kendrick Lamar

    Kendrick Lamar nous a maintes fois amenés au cœur de ses réflexions, en pointant avec lucidité et franchise ses problèmes personnels et ceux de sa communauté. Pour son cinquième album, il passe à l’étape suivante: trouver des solutions.

    • Olivier Boisvert-Magnen
  • credit: Photo: Les productions du moment
    Culture

    «Inès»: Désespérer l’inattendu

    Même si Inès traite avant tout de santé mentale, ce dernier film de Renée Beaulieu témoigne d’une volonté de mettre de l’avant des femmes fortes à la sexualité décomplexée. Le résultat subjugue, au risque d’aliéner une bonne partie du public.

    • Jason Béliveau
Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres