«Mr. Morale & The Big Steppers»: le tour de force de Kendrick Lamar

Olivier Boisvert-Magnen
Publié le : vendredi 20 mai 2022
Critique

«Mr. Morale & The Big Steppers»: le tour de force de Kendrick Lamar

Kendrick Lamar nous a maintes fois amenés au cœur de ses réflexions, en pointant avec lucidité et franchise ses problèmes personnels et ceux de sa communauté. Pour son cinquième album, il passe à l’étape suivante: trouver des solutions.

C’est un album-évènement. Rien de moins. Cinq ans après «DAMN.», pour lequel il avait reçu un prix Pulitzer (une première pour un musicien non issu des milieux jazz ou classique), le rappeur natif de Compton en Californie livre une œuvre d’une puissance brutale et d’une profondeur rarement atteinte dans l’histoire du rap. 

Sur «Mr. Morale & The Big Steppers», Kendrick Lamar fait en quelque sorte la synthèse de ses quatre premiers albums. Musicalement, le rappeur renoue avec les sonorités West Coast, trap, soul et jazz qui ont fait sa renommée. Les terrains explorés sont extrêmement fertiles—il faut souligner le travail toujours aussi réussi de son fidèle acolyte Sounwave—, mais dans l’ensemble, la direction musicale manque de concision et de cohérence.

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  • Culture

    «Babysitter»: garde partagée

    Avec son deuxième long métrage, Monia Chokri propose de satiriser le climat post #MoiAussi et les dérives du wokisme. Pas celui que Mathieu Bock-Côté voit dans ses Froot Loops chaque matin, mais plutôt celui que l’on s’inflige par excès de bien-pensance, ou par crainte de représailles.

    • Jason Béliveau
  • credit: Photo: Matt Beard
    Culture

    «Kooza»: une cynique au pays du Cirque du Soleil

    Notre collaboratrice saura-t-elle passer outre tout ce qu’elle reproche au Cirque du Soleil et retrouver sa capacité de s’émerveiller comme une humaine normale?

    • Michèle Nicole Provencher
  • credit: Photo: Les productions du moment
    Culture

    «Inès»: Désespérer l’inattendu

    Même si Inès traite avant tout de santé mentale, ce dernier film de Renée Beaulieu témoigne d’une volonté de mettre de l’avant des femmes fortes à la sexualité décomplexée. Le résultat subjugue, au risque d’aliéner une bonne partie du public.

    • Jason Béliveau
Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres