«Mr. Morale & The Big Steppers»: le tour de force de Kendrick Lamar

Olivier Boisvert-Magnen
Publié le : vendredi 20 mai 2022
Critique

«Mr. Morale & The Big Steppers»: le tour de force de Kendrick Lamar

Kendrick Lamar nous a maintes fois amenés au cœur de ses réflexions, en pointant avec lucidité et franchise ses problèmes personnels et ceux de sa communauté. Pour son cinquième album, il passe à l’étape suivante: trouver des solutions.

C’est un album-évènement. Rien de moins. Cinq ans après «DAMN.», pour lequel il avait reçu un prix Pulitzer (une première pour un musicien non issu des milieux jazz ou classique), le rappeur natif de Compton en Californie livre une œuvre d’une puissance brutale et d’une profondeur rarement atteinte dans l’histoire du rap. 

Sur «Mr. Morale & The Big Steppers», Kendrick Lamar fait en quelque sorte la synthèse de ses quatre premiers albums. Musicalement, le rappeur renoue avec les sonorités West Coast, trap, soul et jazz qui ont fait sa renommée. Les terrains explorés sont extrêmement fertiles—il faut souligner le travail toujours aussi réussi de son fidèle acolyte Sounwave—, mais dans l’ensemble, la direction musicale manque de concision et de cohérence.

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  • Culture

    «Au nord d’Albany»: s’égarer en route

    Marianne Farley a rapidement laissé sa marque dans le milieu du court métrage en réalisant coup sur coup trois films au parcours international, dont «Marguerite», nommé aux Oscars en 2019. Malheureusement, son passage attendu au long n’est pas réussi.

    • Jason Béliveau
  • Culture

    «Maple»: les maladresses de David Goudreault

    David Goudreault est bardé de prix, il a publié une trilogie de bestsellers (La bête), en plus d’avoir été personnifié au Bye Bye 2021. Mais est-ce que son plus récent roman s’avère à la hauteur de la place qu’on lui accorde?

    • Amélie Panneton
  • credit: Photo: Denis Farley / MBAM
    Culture

    Basquiat au MBAM: une bonne rétrospective-spectacle

    Sa carrière de peintre a commencé en même temps que le rap, puis il est devenu une icône nommée dans des chansons de Kanye West, Nas et Jay-Z. Jouissant d’une street cred enviable, même 34 ans après sa mort, Basquiat est au cœur d’une exposition très musicale au Musée des beaux-arts de Montréal. Et notre collaboratrice l’a vue.

    • Dominique Sirois-Rouleau
  • Culture

    «Falcon Lake»: Sara Montpetit perce (encore) l’écran

    Avec ce premier long métrage, la cinéaste et comédienne Charlotte Le Bon signe une variation joliment lynchéenne sur les affres du passage de l’enfance à l’adolescence, un thème que le cinéma québécois s’acharne à explorer depuis une dizaine d’années.

    • Jason Béliveau
Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres