«Simple comme Sylvain»: awèye, embarque, ma belle

Jason Béliveau
 credit: Photo: Immina Films et Fred Gervais
Photo: Immina Films et Fred Gervais
Publié le :
Critique

«Simple comme Sylvain»: awèye, embarque, ma belle

Après un passage remarqué au Festival de Cannes, le troisième long-métrage de Monia Chokri se déploie enfin sur nos écrans, imaginant sous des apparences de comédie romantique les déflagrations qu’occasionnera l’union passionnelle d’une femme et d’un homme que tout oppose.

Simple comme Sylvain a l’originalité de camper son intrigue amoureuse à la frontière de deux classes sociales qui communiquent rarement entre elles. D’ailleurs l’ironie du titre est volontaire. Car rien n’est aussi simple qu’il y parait chez Sylvain (Pierre-Yves Cardinal), que Sophia (Magalie Lépine-Blondeau), la quarantaine entamée, et son conjoint Xavier (Francis-William Rhéaume) vont engager afin de rénover leur nouveau chalet dans les Laurentides.

L’œil pétillant et le sourire irrésistible, fagoté d’une vieille chemise carreautée et d’unjean délavé, cet homme à tout faire n’aurait rien de suspect dans les pages d’un roman Harlequin, ou dans la dernière romance de Noël signée Netflix. 

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres