L'idée générale du bonheur

Jonathan Durand Folco
credit: Illustration: Thaïla Khampo
Illustration: Thaïla Khampo
Publié le :
Essai

L'idée générale du bonheur

Saillies de trottoirs, revalorisation des parcs, «amélioration des milieux de vie»: ces mesures faites au nom de la qualité de vie urbaine font consensus. On ne peut être contre la vertu, le verdissement et les accoudoirs à cyclistes, mais ne devrions-nous pas nous concentrer sur certaines urgences sociales?

Considéré dans ce texte

Le bonheur et l’imaginaire collectif. Les politiques municipales. La maison unifamiliale de banlieue. Le yoga. Les besoins supposés de la population. La vie bonne. La rencontre avec plus grand que soi.

L’amélioration de la qualité de vie constitue sans doute l’idéal culturel le plus puissant de notre époque. Arrivées en force après la Seconde Guerre mondiale, la société de consommation, la prospérité et la liberté individuelle ont incarné l’espoir des Trente Glorieuses. Jusqu’à une période récente, cet horizon a suscité l’adhésion: il était encore possible de croire en la promesse du progrès social, moral, économique et technologique.

Aujourd’hui, l’insécurité gagne tant d’aspects du monde (crises diplomatique, écologique, financière, démocratique, etc.) qu’il devient difficile de se projeter dans un avenir collectif radieux. L’escalade technologique a révélé ses exorbitants couts environnementaux et humains, et à l’heure où 800 professions risquent d’être perturbées par la robotisation, chacun trouve refuge dans l’aménagement de sa vie quotidienne—au moins, notre environnement immédiat a le mérite d’être encore à portée de main et d’action.

Les individus ne sont pas les seuls à concentrer leur attention sur leur «qualité de vie». Cette expression est devenue le nouveau buzzword de l’urbanisme durable et de la politique municipale, qui préconisent l’amélioration des «milieux de vie» à travers un ensemble de mesures visant à rendre les villes et les quartiers plus attrayants, paisibles et conviviaux. Qui s’opposerait à cela?

Synonyme de bienêtre, de satisfaction, voire de bonheur, la qualité de vie a toutes les allures d’un bien universellement recherché. Elle passe pour une notion intuitive, évidente et consensuelle, et c’est précisément ce qui fait d’elle une idée extrêmement difficile à critiquer. Sa popularité est intimement liée à son élasticité—chacun peut lui donner l’interprétation qui lui convient. C’est en ce sens le concept le plus générique et le plus idiosyncrasique qui soit: chaque personne oriente son existence selon une certaine idée du bien. Il suffit de lire les quelques répliques écrites par Marc Brunet [voir «Une question de respect»] pour mesurer à quel point ces visions individuelles peuvent facilement entrer en collision.

Abonnez-vous!

Activez dès maintenant votre abonnement à Nouveau Projet pour lire le reste de ce texte. Du contenu original et de grande qualité, des privilèges exclusifs, et bien plus encore.

Voir les forfaits

Continuez sur ce sujet

  • credit: Photo: Damian Siqueiros
    Société

    Ne pas s’ennuyer avec deux hommes à la maison

    Ils sont trois, ils s’aiment et forment un trouple. Ils tentent de vivre leur vie avec le plus d’ordinaire possible, malgré les embuches qui s’accumulent et les regards qui s’attardent.

    • Eric Leblanc
  • credit: Photo: Conrad Poirier / Bibliothèque et Archives nationales du Québec
    Société

    Les moins belles histoires des pays d’en haut

    L’Estérel a récemment fait les manchettes pour ses tirs louches et ses histoires de vendetta en robe de chambre. Mais la destruction de son dernier bâtiment art déco, en mai dernier, est malheureusement passée sous silence. C’est pourtant une grande perte pour l’architecture moderne et pour la population de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson.

    • Catherine Eve Groleau
  • credit: Œuvre: Tania Girard-Savoie, Sans titre no 11, 2022, encre Akua sur Stonehenge
    Société

    Une piqure d’abeille dans l’urètre

    Les infections urinaires, c’est gênant d’en parler. Prise dans les dédales du système de santé québécois, notre collaboratrice rompt le silence pour raconter son chemin (de croix) vers la guérison.

    • Jules Clara
  • credit: Photo: Charlotte Lehoux
    Société

    Les temps vulnérables de l’université

    Quelle place fait-on à l’éthique de la bienveillance dans nos institutions d’enseignement?

    • Julien Lefort-Favreau
Atelier 10 dans votre boite courriel
S'abonner à nos infolettres